Football : selon Gillot, «Dugarry voulait placer Zidane à Bordeaux»

le
0
Football : selon Gillot, «Dugarry voulait placer Zidane à Bordeaux»
Football : selon Gillot, «Dugarry voulait placer Zidane à Bordeaux»

Francis Gillot ne mâche pas ses mots. L'ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux, futur coach de l'équipe chinoise du Shanghai Shenhua, flingue à tout va dans un entretien accordé à «La Voix du Nord». Resté trois ans sur les bords de la Garonne (2011-2014), le technicien n'a pas goûté les critiques de certains médias.

Christophe Dugarry, champion du monde'98 devenu consultant, et le journaliste Pierre Ménès, sont notamment pris pour cible. «Dugarry a dit que j'étais dépressif, tout le monde a suivi, raconte Gillot. Ma famille, mes amis, mon staff n'en revenaient pas. Je suis tout l'inverse. C'est vrai que je n'ai pas envie de sourire à certains journalistes. Je ne suis pas hypocrite.»

Selon lui, Dugarry ne se comportait pas sans arrière-pensée. Il serait même responsable de la piste un temps évoquée d'une venue de Zinedine Zidane sur le banc bordelais. «Après, tu comprends en fin de saison qu'il voulait placer son copain Zidane à Bordeaux, affirme Gillot. Donc il fallait que je dégage. Ménès, lui, c'était Gourcuff (ndlr : Christian) qu'il voulait placer.» Finalement, «Zizou» est resté au Real Madrid, où il a pris les rênes de l'équipe réserve. Quant à Gourcuff, il a quitté Lorient pour devenir sélectionneur de l'Algérie.

«J'ai horreur du copinage»

Gillot explique avoir été critiqué en raison de son intransigeance et de son refus du «copinage». «Trop de choses dans l'environnement me dégoûtent, lance-t-il. Les entraîneurs qui ont des copains à Paris peuvent être derniers, tout va bien. J'ai horreur du copinage ! C'est trop voyant. Je vois Cartier, Der Zakarian faire du super boulot (à Metz et à Nantes), on n'en parle pas. Ils ne squattent pas à Paris... Girard et Dupraz (à Lille et Evian-Thonon) se font attaquer car ce sont des grandes gueules, comme moi.»

D'après Gillot, le technicien lillois est trop attaqué. «Oui, surtout par la même personne, Pierre Ménès, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant