Football: retour à la réalité pour l'Allemagne

le
0
JOACHIM LÖW RECONNAIT LA SUPÉRIORITÉ DES BLEUS
JOACHIM LÖW RECONNAIT LA SUPÉRIORITÉ DES BLEUS

BERLIN (Reuters) - La défaite de l'Allemagne face à la France en match amical mercredi à Brême (2-1) sonne comme un rappel à l'ordre pour la Mannschaft qui après avoir marché sur l'eau pendant près d'un an, va peut-être devoir passer par la case "remise en question" à trois mois de l'Euro 2012.

Considérée comme l'une des prétendantes les plus sérieuses à la couronne européenne l'été prochain en Pologne et en Ukraine, la sélection de Joachim Löw restait sur une série de dix victoires sur dix matches en éliminatoires et sur trois succès de rang en amical face au Brésil, à l'Uruguay et aux Pays-Bas.

Cette dynamique a pris fin au Weserstadion face à une équipe de France qui il y a encore moins de deux ans était moribonde, sacrifiée sur l'autel sud-africain de Knysna.

"On ne devrait pas se plaindre car on aurait dû prendre un ou deux buts de plus (...) On n'était pas très disciplinés en défense", a reconnu à l'issue de la défaite l'attaquant allemand Thomas Müller.

"Nous avons laissé trop d'espaces derrière, nous n'avons pas assez travaillé et nous n'avons pas assez soutenu notre défense", a ajouté le co-meilleur buteur de la Coupe du monde 2010.

Certes l'Allemagne était privée de ses cadres en défense, notamment son capitaine Philipp Lahm et son arrière central Per Mertesacker. Au milieu, Bastian Schweinsteiger, celui que Joachim Löw surnomme "le cerveau", était également absent, de même que Mario Götze et Lukas Podolski.

Mais pour le sélectionneur allemand, beau perdant, cette défaite n'est pas à mettre sur le compte de ces nombreuses absences. Pour lui, la France méritait de l'emporter.

"Nous sommes bien évidemment un peu ennuyés par ce résultat mais ce qui m'agace le plus, c'est la manière", a-t-il expliqué à la presse à l'issue du match.

"Mais nous devons tenir compte du fait que nous sortions d'une longue pause depuis novembre, qu'il y a eu beaucoup de changements, des blessures et qu'il est possible, dans ces moments-là, de perdre un peu le rythme", a-t-il ajouté.

"Quand on sera réunis pendant trois ou quatre semaines, ça ira beaucoup mieux", s'est-il empressé de souligner.

L'Allemagne, qui court après un titre depuis 1996, a pour l'instant deux matches amicaux au programme avant l'Euro, un contre la Suisse et l'autre contre Israël.

Karolos Grohmann, Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant