Football - Racisme : Marc-André Zoro, son combat de toujours

le
0
Marc-André Zoro (à gauche), ici face à l'Inter Milan de Javier Zanetti, avait été pris pour cible avec des quolibets racistes.
Marc-André Zoro (à gauche), ici face à l'Inter Milan de Javier Zanetti, avait été pris pour cible avec des quolibets racistes.

Il y a des gouttes d'eau qui ne font pas simplement déborder le vase, mais qui donnent envie de le jeter à terre. En novembre 2005, Marc-André Zoro n'a que 21 ans lorsqu'il est victime de la haine et de la bêtise des supporteurs de l'Inter Milan. Alors qu'il affronte les Nerrazzuri avec son club de Messine, il essuie les insultes racistes d'une partie des tifosi noir et bleu durant une bonne partie du match. Avant de finir par craquer. Excédé, il tente de quitter le terrain ballon en main. Le but ? Alerter sur les dérives racistes qui entourent presque chaque match de Serie A. Au bord des larmes, il reprendra finalement la partie avec le soutien de ses coéquipiers. Huit ans plus tard, l'homme a bien grandi, il a fait du chemin, mais la cicatrice, elle, est toujours bien présente. Il s'est confié au Point.fr.Le Point.fr : Avec le recul, quel regard portez-vous sur ce qui s'est passé après les insultes racistes dont vous avez été victime en 2005 ?Marc-André Zoro : Il n'y a pas eu assez de changements depuis 8 ans. Prenez les deux dernières années, y compris celle qui vient de s'écouler. Il y a eu deux faits, avec Kévin-Prince Boateng et Kévin Constant (le joueur de l'AC Milan a quitté un match en cours à Sassuolo après des insultes racistes d'une partie du public, NDLR). Et il n'y a pas eu d'initiative depuis ! Des personnes continuent de souffrir de ce type de problème, au lieu de prendre du plaisir à jouer au football.

Que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant