Football: quatre Bleus seront entendus, Deschamps pressenti

le
0
Football: quatre Bleus seront entendus, Deschamps pressenti
Football: quatre Bleus seront entendus, Deschamps pressenti

par Pascal Liétout

PARIS (Reuters) - Quatre joueurs de l'équipe de France de football vont comparaître devant la commission de discipline de la Fédération pour leur comportement pendant l'Euro 2012, a annoncé mardi le président de la FFF, en précisant que Didier Deschamps était toujours pressenti pour devenir le futur sélectionneur.

Samir Nasri, Hatem Ben Arfa, Yann M'Vila et Jérémy Menez seront entendus après leurs vacances, a précisé Noël Le Graët lors d'une conférence de presse.

Le patron du football français a ajouté que les primes promises à tous les joueurs de l'équipe de France, d'un montant individuel d'environ 100.000 euros, étaient "gelées".

"C'est de l'argent bloqué qui sera peut-être distribué, peut-être pas (...) cela dépendra du comportement" des joueurs, a-t-il dit à la presse.

La France a été éliminée en quarts de finale de l'Euro par l'Espagne après avoir enregistré une victoire contre l'Ukraine, un match nul avec l'Angleterre, et une défaite face à la Suède en match de poule.

Plus que par ces résultats, les décisions annoncées mardi s'expliquent par le comportement de certains joueurs au sein d'une équipe encore marquée par "la mutinerie" de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud.

L'EURO 2012 N'EST PAS LE MONDIAL 2010

Noël Le Graët a rejeté la comparaison entre le psychodrame de Knysna il y a deux ans et l'attitude de "deux ou trois" joueurs lors du Championnat d'Europe.

"En Afrique du Sud, il s'agissait de l'ensemble des joueurs", qui avaient refusé de participé à un entraînement, a-t-il souligné. Cette fois, a-t-il dit, "le football français se retrouve à nouveau ballotté, en difficulté, parce que deux ou trois joueurs ont failli à leur réputation."

Il est reproché à Samir Nasri, le milieu de terrain de Manchester City, d'avoir insulté un journaliste après la défaite 2-0 face à l'Espagne.

Jérémy Menez, attaquant du Paris Saint-Germain, a insulté le capitaine et gardien, Hugo Lloris, ainsi que l'arbitre du quart de finale.

Yann M'Vila, joueur de Rennes, n'a pas serré la main de son remplaçant Olivier Giroud et de l'entraîneur Laurent Blanc lorsqu'il l'a rappelé sur le banc, toujours contre l'Espagne.

Hatem Ben Arfa a été impliqué dans un accrochage avec Laurent Blanc après la défaite contre la Suède dans le dernier match de poule perdu, alors que les Français étaient déjà qualifiés.

L'attitude de ces joueurs a relancé le débat en France sur l'état d'esprit des Bleus, jugé par certains déplorable, une accusation qualifiée d'"injuste" par Noël Le Graët, qui a côtoyé les internationaux pendant trois semaines en Ukraine.

"Ce sont des garçons corrects, bien élevés et courtois, quelquefois difficiles", a-t-il dit en estimant que les problèmes rencontrés avec quelques uns relevaient d'"une question d'éducation".

L'ÉQUIPE DE FRANCE, RÊVE DE DESCHAMPS ?

Il a évoqué des "structures sociales" inadéquates. "Si j'avais le temps, je vous ferais un discours politique, car j'aime la politique", a ajouté l'ancien maire de Guingamp, membre du Parti socialiste.

Le patron du football français a démenti des rumeurs de presse selon lesquelles Didier Deschamps, tout juste libéré de son contrat avec l'Olympique de Marseille, aurait signifié lundi son refus de prendre la succession de Laurent Blanc.

"Il m'a dit que l'équipe de France faisait partie de ses rêves mais que psychologiquement, il n'était pas en état de discuter", a dit Noël Le Graët, qui espère toujours pouvoir discuter avec l'ancien capitaine des Bleus.

"Si c'est mon choix numéro un? C'est un très bon choix. Cela ne veut pas dire qu'il viendra mais il fait partie d'une 'short list'", a ajouté le président de la FFF, précisant qu'une décision serait prise "en fin de semaine, début de semaine prochaine" sur l'identité du prochain sélectionneur.

Noël Le Graët a expliqué le divorce avec Laurent Blanc, qui a renoncé samedi à demander le renouvellement de son mandat, en disant qu'il n'y avait "pas d'envie réciproque de travailler ensemble."

Le président de la FFF a également indiqué qu'un groupe de joueurs de l'équipe de France, comprenant notamment Hugo Lloris, ainsi que des responsables des syndicats de joueurs et de la FFF se retrouveraient en août à la Fédération pour réfléchir au mode de fonctionnement de la rémunération des Bleus.

Avec Jean-Paul Couret et Olivier Guillemain, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant