Football: pas de suspension pour Patrice Evra

le
1
PAS DE SUSPENSION POUR PATRICE EVRA
PAS DE SUSPENSION POUR PATRICE EVRA

PARIS (Reuters) - L'arrière gauche de l'équipe de France Patrice Evra ne sera pas suspendu pour ses déclarations virulentes à l'endroit de consultants de médias télévisuels, a annoncé jeudi la Fédération française de football (FFF).

La FFF a pris cette décision à l'issue d'une rencontre entre son président, Noël Le Graët, le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, et le joueur, lors de laquelle ce dernier a reconnu que la forme de ses propos n'était pas adaptée.

"Patrice Evra a fait valoir que, si le moment était effectivement mal choisi et l'emploi de certains mots déplacé, l'acharnement dont il estimait être la victime de la part des personnes visées était une réalité", dit la FFF dans un communiqué.

"Le président Noël Le Graët décide que Patrice Evra reste à la disposition du sélectionneur national", ajoute la FFF.

Le défenseur de Manchester United est donc éligible pour les deux matches contre l'Ukraine, les 15 et 19 novembre, en barrages de la Coupe du monde 2014.

L'affaire a commencé dimanche lors de la diffusion d'un entretien accordé à TF1, dans lequel le défenseur a lancé une série de vives attaques contre quatre habitués des plateaux de télévision en France, dont les anciens Bleus Bixente Lizarazu et Luis Fernandez, qualifiés de "clochards" et de "parasites".

Le journaliste Pierre Ménès, qui officie sur Canal+, ainsi que l'ancien entraîneur Rolland Courbis, régulièrement sur les ondes de RMC, ont également été nommément visés.

La FFF considère toutefois, en visant implicitement TF1, que Patrice Evra a "fini par craquer au terme d'une longue interview habilement menée pour le pousser à bout et le faire sortir de ses gonds".

Capitaine de l'équipe de France lors du fiasco de la Coupe du monde 2010, qui vit les Bleus faire la grève de l'entraînement, Patrice Evra avait écopé d'une suspension de cinq matches au retour d'Afrique du Sud pour son rôle de meneur dans cette fronde.

Simon Carraud et Olivier Guillemain, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 le jeudi 24 oct 2013 à 22:05

    Normal, il a voulu imiter bedos