Football : "Onze Mètres", la vérité sur le penalty

le
0
Le penalty manqué par Roberto Baggio lors de la finale de Coupe du monde perdue par l'Italie face au Brésil en 1994.
Le penalty manqué par Roberto Baggio lors de la finale de Coupe du monde perdue par l'Italie face au Brésil en 1994.

Le penalty, et surtout la séance de tirs au but, cultive la dramaturgie pour tout passionné de foot. Comme pour un film, il y a les gentils et les méchants, les héros et les zéros. Mais, différence de taille avec le 7e art, aucun synopsis du match n'a été communiqué à l'avance au spectateur. Le scénario s'écrit en direct, en accéléré et en réunissant tout ce qui peut susciter de l'émotion : le but ou l'exploit du gardien, et rien d'autre. La substantifique moelle du foot. "Un joueur, un point de craie, un ballon, un but. Quelle scène excitante. J'arrive", explique l'ancien gardien Mickaël Landreau qui a écrit la préface pour la version française de ce livre Onze mètres.Mieux, beaucoup de personnes qui n'ont aucune passion pour le ballon rond se sont déjà délectées d'assister à ce genre de scène : voir un joueur avoir peur avant de tirer, le voir s'effondrer et sangloter s'il ne marque pas, et être témoin en même temps d'une scène totalement opposée du côté du gardien qui est en liesse après son exploit. Si le football est populaire sur toute la planète, c'est sûrement aussi grâce au penalty, qui concentre toute une palette de sentiments et d'émotions intenses. D'autant plus qu'une séance de tirs au but peut être déchirante, car vous pouvez voir votre personnalité préférée, votre idole, être terrassée de manière soudaine et, parfois, avec des conséquences morales à vie. Il arrive en effet qu'un héros...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant