Football: Nancy "rêve" d'un repêchage en Ligue 1

le
0

par Dimitri Rahmelow

PARIS (Reuters) - Malgré sa relégation sportive en Ligue 2, l'AS Nancy-Lorraine, qui a terminé à la 18e place du championnat, "rêve" secrètement d'un repêchage qui lui permettrait de disputer une neuvième saison consécutive parmi l'élite.

Le président du club lorrain, Jacques Rousselot, s'appuie sur les procédures en cours qui pourraient, selon lui, faire barrage à l'accession en Ligue 1 de l'AS Monaco, sacré champion de Ligue 2.

"Il y aura une petite lueur d'espoir si, d'aventure, Monaco était mise à l'écart du championnat de Ligue 1", a dit Jacques Rousselot lors d'une conférence de presse consacrée à la présentation du nouveau logo et à la campagne d'abonnements.

"Monaco n'est pas en odeur de sainteté au sein de la Ligue, Monaco ne veut pas mettre son siège en France. Il y a une fronde de la LFP (Ligue du football professionnel) et des clubs de Ligue 1 pour des raisons fiscales, de charges et d'équité", a encore dit celui qui est aussi membre du conseil fédéral de la Fédération française de football (FFF).

La LFP a décidé fin mars d'obliger l'AS Monaco à s'installer en France dans un souci d'équité fiscale, au plus tard en juin 2014. Le club du Rocher bénéficie aujourd'hui d'exemptions sur les cotisations sociales et les impôts sur le revenu des joueurs étrangers.

Un conflit s'est donc ouvert entre les deux parties, le club estimant qu'une telle délocalisation menacerait sa survie.

L'AS Monaco a annoncé début mai son intention de porter en justice le litige l'opposant aux instances dirigeantes du football qui auraient, selon le club, exigé le versement de "200 millions d'euros".

"La position du club est très claire, l'ASM FC considère qu'une telle demande est totalement inacceptable", avait prévenu le club monégasque dans un communiqué officiel avant de saisir le conseil d'Etat en référé.

"PROVOCATION"

La Fédération française de football avait répondu en expliquant que ce montant avait été proposé par le club lui-même comme une solution aux démêlés portant sur la délocalisation de son siège social.

"Le politique, parfois, prévaut sur les règlements et l'économique. Cet hypothétique repêchage, c'est du rêve. Si d'aventure, on a la bonne surprise, ce sera un grand bonheur. Mais sportivement, on est en Ligue 2", a rappelé Jacques Rousselot.

Alors que l'AS Monaco a déjà enregistré les arrivées de deux milieux de terrain de Porto, Joao Moutinho et James Rodriguez, pour un montant estimé à 70 millions d'euros et que Falcao pourrait suivre, Jacques Rousselot évoque une "provocation".

"Même s'il y a des avantages, il faut savoir être humble. Monaco a oublié cette humilité. On ne peut pas, comme ça, impunément jeter en pâture des millions et des millions d'euros à la face du football français. Pour moi, c'est de la provocation", a argumenté Rousselot.

"L'attitude des dirigeants monégasques n'a pas été de faire profil bas. Je n'ai rien contre Monaco et les gens qui réussissent. Mais quand on est un peu plus armé que ses collègues, il faut se mettre à la même hauteur qu'eux, et pas au-dessus", a-t-il encore dit.

Avec Etienne Ballerini, édité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant