Football. Moussa Sissoko : «Ma polyvalence est un atout»

le
0
Football. Moussa Sissoko : «Ma polyvalence est un atout»
Football. Moussa Sissoko : «Ma polyvalence est un atout»

Apparu pour la première fois chez les Bleus en octobre 2009, Moussa Sissoko, 34 sélections, figure régulièrement sur les listes de Didier Deschamps. Parallèlement, l'ancien Toulousain, 26 ans, s'est épanoui en Premier League où il a débarqué à Newcastle en janvier 2013. Titulaire inamovible chez les Magpies, opposés en début de soirée à Everton, il apprécie la vie en Angleterre, évoque son jeu, parle de lui, de sa famille et décline ses ambitions.

Avez-vous craint pour votre place chez les Bleus en début de saison quand Newcastle était dernier du classement (le club est aujourd'hui premier non relégable) ?

MOUSSA SISSOKO. Non car je ne pense pas qu'une convocation soit liée aux résultats de l'équipe. D'ailleurs, j'ai continué à être appelé.

Certains joueurs pâtissent de leur polyvalence, mais on a le sentiment que chez vous c'est un précieux allié ?

Oui, elle m'a toujours servi, que ce soit en sélection ou en club. Je peux évoluer comme milieu relayeur ou bien sur un côté. C'est un atout, mais tout le monde sait que mon poste préférentiel, c'est dans l'axe. C'est celui où je m'exprime le mieux et où j'ai le plus de repères. Mais, s'il faut jouer à droite comme à Newcastle, je le fais sans rechigner.

Que vous a apporté la Premier League depuis votre transfert en janvier 2013 ?

A Toulouse, j'avais déjà le profil d'un joueur box to box. En Angleterre, j'ai appris à poursuivre mes efforts pendant 90 minutes. J'ai vraiment progressé dans ce domaine. En France, on a moins cette grinta. J'ai aussi gagné en maturité et mes performances sont plus constantes.

Et sur le plan de l'efficacité ?

Au niveau des passes décisives, ça va, mais il faut que je m'améliore en termes de finition. Je me procure pas mal d'occasions, mais cette année je n'ai pas encore marqué. Je dois plus tenter et surtout faire le geste juste. Il y a encore trop de précipitation dans mon jeu.

Pourquoi êtes-vous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant