Football: Mourinho quitte le Real, son successeur à désigner

le
0
LE REAL ANNONCE LE DÉPART DE MOURINHO À LA FIN DE LA SAISON
LE REAL ANNONCE LE DÉPART DE MOURINHO À LA FIN DE LA SAISON

par Iain Rogers

MADRID (Reuters) - José Mourinho, entraîneur du Real Madrid, s'en ira à la fin de la saison, a annoncé lundi Florentino Perez, président du club espagnol, sans révéler l'identité du remplaçant de l'entraîneur portugais.

"Après des entretiens avec notre entraîneur José Mourinho, nous avons conclu un accord pour mettre fin à notre contrat à la fin de la saison", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse convoquée à la hâte au stade Santiago-Bernabeu.

"Nous n'avons pas conclu de pré-contrat avec un autre entraîneur. Ce sera l'affaire des prochains jours", a-t-il ajouté.

Des spéculations de plus en plus persistantes annoncent José Mourinho à Chelsea, le club londonien avec lequel il a remporté deux championnats d'Angleterre en 2005 et 2006 et une Coupe d'Angleterre en 2007.

Toujours selon des spéculations, son départ du Real pourrait permettre l'arrivée de l'Italien Carlo Ancelotti, qui a déclaré dimanche qu'il souhaitait quitter le Paris Saint-Germain et souhaitait rejoindre le Real.

Sous la direction de José Mourinho, le Real a remporté la Coupe du Roi en 2011, le championnat d'Espagne et la Supercoupe d'Espagne en 2012.

L'entraîneur portugais n'a cependant pas réussi à décrocher la dixième Ligue des champions qui échappe au club espagnol depuis 2002, ni à mettre fin à l'hégémonie de Barcelone.

Or, c'étaient les deux objectifs majeurs du magnat du BTP Florentino Perez, qui a dépensé pour cela plus de 400 millions d'euros de la fortune du club pour acheter des joueurs, dont 94 millions pour l'attaquant Cristiano Ronaldo.

José Mourinho était sous contrat jusqu'en juin 2016 après avoir renouvelé son bail avec le Real en mai dernier.

Il était arrivé à Madrid en 2010 après avoir conduit l'Inter Milan au titre européen qu'il avait déjà conquis en 2004 avec le FC Porto.

L'AFFAIRE CASILLAS

Son palmarès brillait également de titres de champions d'Italie et du Portugal et de vainqueur des coupes de ces deux pays et de la Coupe de la Ligue anglaise.

Il arborait une aura de stratège et une personnalité médiatique qu'il a toujours entretenue au point de s'être surnommé lui-même "the special one" dès sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur de Chelsea.

Son passage à Madrid a été loin d'être aussi réussi que l'a parfois voulu sa légende.

A titre de comparaison, le dernier entraîneur à avoir bénéficié de trois contrats au Real, Vicente del Bosque, aujourd'hui sélectionneur de l'équipe d'Espagne, avait remporté deux titres de champion d'Espagne et deux Ligues des champions de 1999 à 2003.

Battu vendredi dernier par l'Atletico Madrid en finale de la Coupe du Roi, le Real n'a décroché aucun titre majeur cette saison et a échoué pour la troisième année de suite en demi-finale de la Ligue des champions.

José Mourinho a lui-même évoqué une campagne "désastreuse", "la pire" de sa carrière d'entraîneur. Sa personnalité parfois excessive a en outre choqué des supporters du Real au sujet du gardien Iker Casillas.

Une partie du stade Santiago-Bernabeu a sifflé son nom et acclamé celui de Casillas lors de plusieurs matchs.

Héros du football espagnol depuis plus d'une décennie, le gardien n'a pratiquement plus été titularisé depuis qu'il s'est blessé à une main au mois de janvier, Mourinho lui préférant Diego Lopez, venu de Séville comme doublure.

Le traitement infligé au gardien de l'équipe nationale auquel Vicente del Bosque a renouvelé sa confiance a provoqué des dissensions jusque dans le vestiaire du Real.

Le défenseur central Pepe, pourtant compatriote de Mourinho, a pris position en faveur de Casillas et a été sanctionné de plusieurs relégations sur le banc, notamment lors de la dernière finale de la Coupe du Roi.

Ce match a été interprété comme un résumé de l'échec de José Mourinho à Madrid, à cause de la défaite mais aussi parce que l'entraîneur a été expulsé pour agression verbale de l'arbitre et que son attaquant fétiche Cristiano Ronaldo a reçu un carton rouge pour coup de pied à un adversaire.

Jean-Paul Couret pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant