Football : mort de Luis Aragones, ancien sélectionneur de l'Espagne

le
0
Football : mort de Luis Aragones, ancien sélectionneur de l'Espagne
Football : mort de Luis Aragones, ancien sélectionneur de l'Espagne

Luis Aragones, sélectionneur de l'Espagne championne d'Europe en 2008, est décédé ce samedi matin à l'âge de 75 ans dans une clinique de Madrid. Passé par le Real Madrid et le Betis Séville, il a effectué l'essentiel de sa carrière de footballeur à l'Atlético Madrid, club avec lequel il a remporté trois titres de champion d'Espagne et a fini une fois meilleur buteur du championnat.

Il était ensuite devenu entraîneur, d'une dizaine d'équipes en tout, mais surtout, à quatre périodes différentes, de l'Atlético. C'est sur ce banc de touche qu'il a remporté un championnat et trois coupes d'Espagne. L'équipe observera dimanche une minute de silence avant son match contre la Real Sociedad et les joueurs porteront un brassard noir. L'Atlético lui a déjà rendu hommage sur son site internet et sur Twitter.

#HastaSiempreLuis pic.twitter.com/m5eO0GPCt6? Atlético de Madrid (@Atleti) 1 Février 2014

Thierry Henry : un «nègre de merde»

Le plus grand fait d'armes d'Aragones est le titre de champion d'Europe en 2008 avec l'Espagne. Ce titre a ouvert la période de domination de l'Espagne sur le football mondial, puisque aucune compétition internationale n'a depuis échappé à la Roja, vainqueur du Mondial 2010 et de l'Euro 2012.

«La RFEF veut exprimer sa douleur et sa consternation après la mort de celui qui fut joueur et entraîneur de football pour divers clubs d'Espagne et d'ailleurs, et sélectionneur national de l'Espagne au début de son époque la plus glorieuse en termes de victoires au niveau mondial», estime la fédération espagnole dans un communiqué. «Ce matin est décédé Luis Aragones, l'historique entraîneur de football qui a gagné (...) le Championnat d'Europe avec la sélection espagnole», a pour sa part écrit la clinique Cemtro sur son site internet.

Avec la sélection espagnole, qu'il a dirigée de 2004 à 2008, il s'est aussi plus tristement distingué. En 2004, pour motiver José Antonio ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant