Football. Mondial 2022 : menacée après avoir témoigné contre le Qatar

le
0
Football. Mondial 2022 : menacée après avoir témoigné contre le Qatar
Football. Mondial 2022 : menacée après avoir témoigné contre le Qatar

Menacée après avoir témoigné contre le Qatar. C'est la situation dans laquelle se retrouve Phaedra Almajid, ancienne membre du comité de candidature du Qatar à l'organisation du Mondial de football 2022, attribué à l'émirat. Dans un entretien diffusé mercredi par la chaîne SkySports, elle explique avoir reçu, «par internet», des menaces la visant ainsi que ses enfants.

Phaedra Almajid a témoigné de manière anonyme lors de l'enquête menée par Michael Garcia (un ancien procureur fédéral aux Etats-Unis) sur les conditions controversées de l'attribution du Mondial 2022 au Qatar. Or, son identité a été révélée la semaine dernière par Hans Joachim Eckert, le président de la chambre de jugement du comité d'éthique de la Fifa, dans son commentaire sur le rapport Garcia.

Ces menaces auraient été prises très au sérieux par le FBI, la police fédérale américaine, sans que Phaedra Almajid lui ait parlé. «J'étais à la maison en train de regarder la télévision lorsque trois agents du FBI se sont présentés à ma porte», a-t-elle raconté. Ceux-ci lui auraient alors déclaré savoir que ses enfants avaient été menacés, avant de proposer leur aide.

VIDEO. Le FBI offre sa protection à une femme ayant témoigné contre le Qatar.

Dans son entretien à SkySports News, Phaedra Almadji n'a pas précisé les éléments qu'elle avait apportés au rapport Garcia. «J'ai été témoin de quelque chose et j'estime que je devais dire ce que j'avais vu», a-t-elle déclaré. Mais face aux menaces de poursuites proférées contre elle par le Qatar, elle a décidé de retirer son témoignage, par crainte d'être ruinée et d'hypothéquer l'avenir de ses enfants, dont l'un est handicapé.

«Je pense que ces attaques viennent des Qataris, a-t-elle confié. J'étais une plus grosse menace pour les Qataris que je ne l'ai jamais été pour la Fifa», a-t-elle dit. «Eckert s'est assuré, de manière très commode, très calculée, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant