Football: Monaco peine toujours en Ligue 2

le
0
MONACO PEINE TOUJOURS EN LIGUE 2
MONACO PEINE TOUJOURS EN LIGUE 2

par Etienne Ballerini

MONACO (Reuters) - Tenu en échec (2-2) lundi à domicile par Lens, Monaco est toujours sous la menace d'une relégation en National malgré un recrutement tous azimuts après la prise de contrôle du club par le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev.

Un mois après l'arrivée en Principauté de Rybolovlev et de ses hommes, le club monégasque, malgré une embellie en décembre, reste dans les bas-fonds de la Ligue 2, où il occupe une 18e place indigne de son passé.

L'homme d'affaires russe, qui s'est engagé à investir au moins 100 millions d'euros en quatre ans dans le club, a assisté lundi soir pour la première fois à un match de son équipe au stade Louis-II. Ce qu'il a vu n'a pas dû le rassurer.

Les hommes de Marco Simone, nommé à la mi-septembre à la direction technique, ont été incapables de garder leur avance de deux buts et se sont faits rejoindre dans les arrêts de jeu par une valeureuse, mais limitée, équipe artésienne.

Les Monégasques avaient pourtant engrangé huit points (deux victoires et deux nuls) lors de leurs quatre derniers matches, et laissé croire à un nouveau départ avec une nouvelle direction.

Difficile de dire dans quelle mesure le fameux "choc psychologique" du changement de patron du club s'est répercuté sur le mental du groupe sportif.

Les nouveaux dirigeants ont instauré un système de primes de match pour motiver les troupes et engagé une demi-douzaine de joueurs lors du mercato d'hiver, tous d'un calibre moyen.

Sont arrivés les attaquants Ibrahima Touré et Nacer Barazite, les défenseurs Andreas Wolf et Gary Kagelmacher, ainsi que le gardien croate Danijel Subacic.

LES RUSSES AUX POSTES-CLÉ

Dès sa prise de pouvoir, l'ancien magnat de la potasse a placé ses hommes aux postes-clé, avec en chef d'orchestre le directeur exécutif Evgueni Smolentsev, ancien dirigeant du Spartak Moscou, et le directeur général Philips Dhondt responsable de la gestion.

Adoptant la méthode de certains clubs étrangers, c'est Evgueni Smolentsev qui a la haute main sur les choix de recrutement, après que l'entraîneur ait émis les souhaits des secteurs de jeu à renforcer.

Une habitude qui est moins courante en France où le poids de l'entraîneur est plus marqué.

Marco Simone, qui découvre la plupart des nouveaux venus, va devoir les intégrer au collectif et sa gestion du groupe pourrait susciter des mécontentements dans un effectif désormais pléthorique (35 joueurs).

Le recrutement, pour un environ huit millions d'euros, de joueurs venus d'horizons et de championnats différents et les nombreux contrats de longue durée (quatre ans) accordés suscitent en outre la perplexité chez les supporters.

Ces derniers ont été échaudés dans le passé par les mouvements incessants qui ont fini par gripper la machine monégasque, empêchant la cohésion collective.

Outre le recrutement, de nombreuses autres questions restent dans le flou et sans réponse sur les projets d'avenir, les objectifs à court et long termes.

Aucune conférence de presse de la nouvelle équipe n'a été organisée depuis le communiqué du 23 décembre officialisant la prise de contrôle du club.

Edité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant