FOOTBALL. Michel Bastos : « J'ai très envie de rentrer en France »

le
0
FOOTBALL. Michel Bastos : « J'ai très envie de rentrer en France »
FOOTBALL. Michel Bastos : « J'ai très envie de rentrer en France »

Michel Bastos a beaucoup voyagé depuis son départ de Lyon en 2013. Le milieu de terrain brésilien est passé par l’Allemagne (Schalke 04), les Emirats Arabes Unis (Al-Ain), l’Italie (AS Rome) avant de retrouver son pays natal à l’été 2014. L’international auriverde (10 sélection, 1 but) est actuellement en stage avec son équipe de Sao Paulo pour préparer la saison 2016. L’an dernier, il a disputé 55 rencontres officielles et inscrit 13 buts. Malgré ces statistiques, l’ancien Lillois et Lyonnais rêve d’un come-back en France.

Pourquoi avez-vous envie de retrouver le championnat de France ?

MICHEL BASTOS. Mon retour au Brésil s’est bien passé, je suis dans une belle équipe. Mais je suis très motivé à l’idée de revenir dans un championnat que je connais bien, s’il y a possibilité. Ma famille a très envie de rentrer en France et moi aussi. Nous avons un passeport français, nos enfants sont nés là-bas. Nous avons passé sept ans dans ce pays et j’ai toujours une maison à Lyon. Notre projet est peut-être de vivre en France après ma carrière. Pourquoi pas dès maintenant ?

Quelle plus-value pouvez-vous offrir à un club de Ligue 1 ?

Je peux apporter les mêmes choses qu’il y a trois ans quand j’ai quitté la France. Je suis au même niveau et même encore mieux. Je pense que j’ai encore les qualités pour jouer dans un grand championnat européen. J’ai 32 ans, ça se passe bien ici, je sors d’une super saison. J’arrive à un moment où je suis en confiance et où j’ai envie d’un dernier grand challenge. Après, il sera trop tard.

Votre club est-il susceptible de vous laisser partir ?

J’ai une très bonne relation avec le club. Je pense que Sao Paulo n’a pas très envie de me laisser partir, mais on peut discuter. A mon âge, c’est peut-être ma dernière chance en Europe. Je ne pense pas que les dirigeants m’en privent.

Des clubs français vous ont-ils sollicité ?

J’ai n’ai ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant