Football, Marseille : la défaite de trop pour Michel

le
0
Football, Marseille : la défaite de trop pour Michel
Football, Marseille : la défaite de trop pour Michel

Quand le bus  de l’OM quitte Furiani ce dimanche, un homme manque à l’appel. Michel, l’entraîneur phocéen, a pris place dans la voiture de Vincent Labrune – qui est allé le chercher en août après la démission de Bielsa — où était aussi Olivier Grimaldi, l’avocat du club. Le symbole est parfait, et désormais visible, de la fracture entre le coach et ses troupes après la défaite logique en Corse (2-1).

Plus tôt, il s’était fendu d’un pieux mensonge : « Ma relation avec les joueurs ? Sur une échelle de 10, je dirais 9. » Pas sûr que la réciproque soit vraie. Et il apparaît aujourd’hui encore plus improbable de revoir Michel sur le banc de l’OM. Selon différentes sources, il était attendu ce dimanche soir à Zurich (Suisse), avec son adjoint Franck Passi (qui pourrait assurer un nouvel intérim), par Margarita Louis-Dreyfus en présence de Labrune. A l'issue de cet entretien son sort était susceptible d’être scellé.

Le naufrage de Furiani 

Dimanche, c’est un OM sans âme qui a perdu à Bastia. Les Corses n’ont eu besoin que de deux accélérations de Kemano, en huit minutes, pour obliger l’infortuné Rekik à marquer contre son camp et Mandanda à concéder un pénalty. Cette formation repousse journée après journée les limites de la médiocrité et entre dans l’histoire du club par la porte de derrière. Celle des très mauvais.

A l’exception de Diarra et de Mandanda, sans doute pris de vertiges quand ils reviennent de sélection, tout est à jeter. En quittant Furiani, Thauvin était groggy : « Je ne sais pas quoi dire. Je me sens très fatigué. Il y a des fois où il faut savoir reconnaître qu’on en a marre. J’ai besoin de prendre du recul. »

Le coach n’a plus les clés.

Michel pourrait prendre de longues vacances. Et vite. Il a sûrement grillé sa dernière cartouche de crédit auprès des décideurs marseillais. « J’ai un contrat, souffle Michel. Il y a des choses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant