Football: Lyon, faire plus avec moins

le
0
LYON FAIT PLUS AVEC MOINS
LYON FAIT PLUS AVEC MOINS

par André Assier

LYON (Reuters) - En retournant spectaculairement la situation à Lorient (4-2), mardi soir, Lyon s'est qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue et a démontré que réussite sportive et rigueur financière pouvaient parfois aller de pair.

Après les fastes des années 2000, le septuple champion de France est entré dans une période de restriction budgétaire et a décidé de s'appuyer sur ses jeunes issus du centre de formation, encadrés par quelques anciens et un entraîneur maison qui les connait bien, Rémi Garde.

La réussite de Garde, pour ses débuts dans le métier à ce niveau, est pour l'heure indéniable.

Lyon est, avec Marseille, la seule formation en course dans toutes les compétitions (Ligue des champions, championnat, Coupe de France et Coupe de la Ligue), ce qui ne lui était presque jamais arrivé même dans sa grande période, le tout avec un effectif moins prestigieux mais doté d'un mental à toute épreuve.

Menés 2-0 à dix minutes de la fin de la rencontre, les Lyonnais ont égalisé dans le temps additionnel, avant d'imposer leur loi dans la prolongation.

"J'ai un groupe fantastique qui fait preuve de ressorts phénoménaux. Je savais que nous n'allions pas lâcher. Nous avons tous souffert mais il faut souffrir pour aller en finale. Je ressens de la joie, surtout pour les joueurs qui ont su renverser la vapeur", s'est félicité Rémi Garde.

Jean-Michel Aulas est plus lyrique. "Quand nous nous réveillerons, les yeux seront un peu tirés mais le coeur au plus haut", s'est exclamé le président lyonnais après la victoire.

L'OL sera donc au Stade de France en avril pour tenter de décrocher la deuxième Coupe de la Ligue de son histoire après le succès de 2001 (face à Monaco) et les échecs de 1996 (contre Metz) et 2007 (devant Bordeaux).

LES ESPOIRS EUROPÉENS

Quatrième en Ligue 1 à un point du troisième, Lille, le club rhodanien demeure en lice pour le titre, ou à tout le moins pour une place européenne. Son déplacement dimanche à Marseille, qui le suit à un point, aura valeur de test sur ses ambitions nationales.

Lyon peut aussi espérer beaucoup de la scène européenne, après avoir hérité du petit Apoel Nicosie en huitièmes de finale, et vise aussi la Coupe de France, avec un choc à domicile la semaine prochaine contre Bordeaux, également en huitièmes.

Quatre ans après son dernier voyage en Seine-Saint-Denis et son dernier titre, une Coupe de France qui signait le premier doublé du club, Lyon rêve déjà d'une nouvelle ligne à son palmarès.

Son président fait même un aveu: "Moi qui n'ai pas toujours défendu la Coupe de la Ligue, je la trouve formidable après ce match face à Lorient", reconnaît Jean-Michel Aulas.

Un enthousiasme partagé par la jeune vague, à l'image d'Alexandre Lacazette, auteur d'un doublé mardi. "Je suis super heureux d'aller à 21 ans au Stade de France mais je le serai d'autant plus si nous gagnons, car sinon, cela n'a pas de sens."

Portés par cette faim de titres qui fuient le club depuis quatre ans, l'OL a vécu à Lorient un nouveau "miracle" après la qualification inespérée face à Zagreb (7-1) en Ligue des champions.

"Est-ce la saison des miracles ? Je ne sais pas, mais disons que comme nous l'avons déjà fait on se dit que cela peut se reproduire", fait remarquer Jimmy Briand.

Edité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant