Football: Lyon doit se remettre en ordre de marche

le
0
BAFÉTIMBI GOMIS ET LES LYONNAIS VEULENT REBONDIR EN COUPE DE FRANCE
BAFÉTIMBI GOMIS ET LES LYONNAIS VEULENT REBONDIR EN COUPE DE FRANCE

par Grégory Blachier

PARIS (Reuters) - Battu samedi en finale de la Coupe de la Ligue par Marseille (0-1) au terme d'un match raté, l'Olympique lyonnais conserve deux objectifs majeurs, la Coupe de France et la troisième place de Ligue 1, qui appellent un nouveau rebond.

En refusant de jouer au Stade de France, Lyon a longtemps mis en échec une équipe marseillaise peu en verve depuis deux mois mais il n'a pas su, non plus, forcer la décision dans une finale à sa portée.

"Trop timoré" aux yeux de son entraîneur Rémi Garde, l'OL n'a pas poursuivi la belle série de sept matches sans défaite entamée au lendemain de son élimination en huitièmes de finale de la Ligue des champions à Nicosie.

"On a pris quelques revers difficiles cette saison mais on a toujours rebondi, je fais confiance à mon groupe", a dit Rémi Garde après la rencontre.

"Je vais essayer de trouver les mots pour le remobiliser pour aller chercher ce qu'on peut aller chercher. On a encore deux objectifs."

Ce coup d'arrêt est à l'image de la saison lyonnaise dont la courbe épouse celle de montagnes russes.

En tête de la Ligue 1 après six journées, l'OL a rapidement laissé Paris et Montpellier s'échapper, jusqu'à tomber à la septième place au soir de la 26e journée et commencer à faire une croix sur la prochaine Ligue des champions, qu'il venait de quitter par la petite porte.

Cinq matches de championnat plus tard, Lyon ne pointe plus qu'à trois points de Lille, troisième et détenteur du billet pour les barrages de la prestigieuse compétition européenne.

LA "VRAIE FINALE" ATTEND LYON

Les septuples champions de France, privés de titre depuis leur doublé Coupe de France-championnat en 2008, ont aussi tiré profit de ce retour en forme en Coupe de France, en allant chercher leur qualification sur le terrain du PSG en quart de finale (3-1) puis en s'imposant avec autorité au Gazelec Ajaccio en demie (4-0).

L'OL a donc encore deux lièvres à poursuivre dont un, la Coupe de France, lui tend les bras puisque la finale l'opposera à Quevilly (National), qui a certes fait tomber Marseille puis Rennes mais n'a pas la même expérience de ces événements.

D'aucuns ont envisagé, samedi soir, que la perspective d'une finale plus facile - en théorie du moins - ait pu peser sur le mental des Gones face à un OM qui n'avait que ce match en tête.

"Ce n'est ni une excuse ni une explication", a rétorqué Rémi Garde.

"On avait la possibilité de gagner deux coupes, l'objectif c'était 'pas de calcul', c'était de gagner la première dès que possible."

L'idée d'un retour dans l'enceinte dyonisienne dans tout juste deux semaines a pourtant semblé atténuer leur déception, à en croire Bafétimbi Gomis.

"On aura l'occasion de revenir au Stade de France. Cela nous rassure un peu de savoir qu'il y a d'autres échéances que l'on jouera à fond. Cela est très excitant", a ainsi dit l'attaquant lyonnais.

Déjà tourné vers l'avenir, l'OL veut ainsi reprendre là où il l'a laissée la série entamée début mars, et ce dès mercredi, pour son match en retard de Ligue 1 à Toulouse.

"Les joueurs doivent faire comme après Nicosie où cela s'était déjà joué à peu de choses", a dit le président Jean-Michel Aulas.

"Pas question de baisser les bras et de s'appesantir sur cette défaite pour mieux repartir. La vraie finale, c'est celle de la Coupe de France qui donne droit directement à la Ligue Europa et au Trophée des Champions."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant