Football, Ligue 2 : un nouvel actionnaire prêt à entrer au capital d'Evian-Thonon-Gaillard

le , mis à jour à 23:27
0
Football, Ligue 2 : un nouvel actionnaire prêt à entrer au capital d'Evian-Thonon-Gaillard
Football, Ligue 2 : un nouvel actionnaire prêt à entrer au capital d'Evian-Thonon-Gaillard

On sait que les histoires d'amour finissent mal en général. Qu'en est-il des histoires de haines ? Si l'on en croit l'invraisemblable scénario qui se trame au sein du club d'Evian-Thonon-Gaillard (ETG), relégué en Ligue 2, elles semblent s'achever de manière idyllique.

Yves Bontaz, riche homme d'affaires savoyard de 76 ans, déjà sponsor du club, est sur le point de prendre une participation dans le capital de l'ETG. Le pourcentage n'est pas encore totalement connu mais l'homme d'affaire devrait verser 3 millions d'euros environ dans cette opération. A ce prix il devrait détenir au moins 30% du club.

La probable arrivée de Bontaz dans le capital du club savoyard tient presque de la farce. En tout cas, il s'agit d'un revirement à 180 degrés. Il y a encore quelques jours, il était en guerre avec les propriétaires de l'Evian-Thonon-Gaillard, le duo Tumbach-Bakhtiar, à tel point qu'il réfléchissait à cesser son partenariat sur lequel il était encore engagé pour la saison prochaine.

Les deux actionnaires majoritaires, via des emails envoyés à leurs avocats et à certains dirigeants du club, dont Le Parisien-Aujourd'hui-en-France a pu prendre connaissance, n'hésitaient pas à critiquer gravement, voire même à insulter, Yves Bontaz. Dans l'un d'eux, il est par exemple écrit qu'il devait être enfermé «dans un asile pscychiatrique».

«J'ai vu cet email mais je m'en fous, c'est l'heure de la réconciliation. C'est la preuve qu'il faut faire attention à ce que l'on écrit désormais dans les courriels, nous a déclaré Bontaz. La région doit avoir un club en première division. Or l'ETG risque le dépôt de bilan cette année.» En effet, le club aurait 2,5 millions d'euros de dettes envers l'administration fiscale et plusieurs prestataires du club, comme le traiteur Viret et la société d'hôtesses qui accueille les VIP les soirs de matchs, n'auraient pas été payés dans les temps.

Qui sera le futur entraîneur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant