Football, Ligue 1 : battu 2-0, Marseille rechute à Guingamp

le
0
Football, Ligue 1 : battu 2-0, Marseille rechute à Guingamp
Football, Ligue 1 : battu 2-0, Marseille rechute à Guingamp

Malgré la fraîcheur qui régnait à Guingamp, dans les Côtes-d'Armor vendredi soir, Michel a dû légèrement mouiller sa belle chemise blanche. Cinq jours après le large succès devant Troyes (6-0), le nouvel entraîneur marseillais avait décidé de relancer les onze mêmes joueurs. Il n’a pas dû les reconnaître. L’OM a rechuté à Guingamp (2-0), en ouverture de la quatrième journée de Ligue 1 et reste scotché à la 13e place après cette troisième défaite en quatre journées, à égalité avec son adversaire du soir qui, lui, a enfin lancé sa saison après trois défaites sans inscrire le moindre but.

Les Bretons auraient d’ailleurs pu s’offrir un succès encore plus large au regard des nombreux tourments qu’ils ont causés à des Marseillais particulièrement empruntés. Il n'y a en effet pas franchement pire comme entame de match que de concéder un pénalty dès la première minute. Mais Sloan Privat n’a pas su profiter de la faute de Lassana Diarra sur Jimmy Briand. D’une bonne détente à gauche de Steve Mandanda a permis à l’OM de garder la tête hors de l’eau dans une rencontre où ses coéquipiers ont multiplié les approximations.

Pour tenir la maison marseillaise, Mandanda doit donc jouer des gants devant Briand (35e) avant de se montrer vigilant sur un ballon détourné par les fesses de Rekik (43e), puis sur une improbable frappe piquée de Benezet qui prenait le chemin de la lucarne (56e).

Le capitaine ne pouvait quand même pas tout faire, même avec un Lassana Diarra de nouveau auteur d’une prestation de très haut niveau. Et c’est un autre ancien Bleu, Jimmy Briand, qui a débloqué la situation. Parti à la limite du hors-jeu, l’avant-centre breton a résisté aux retours de Manquillo, puis de Nkoulou pour servir en retrait Privat, qui se jette pour ouvrir le score (72e). Dans la foulée, Batshuayi s’offre un face-à-face avec Lössl, mais le Belge perd son duel (75e). Une occasion qui ne se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant