Football - Ligue 1 : AS Monaco, vue sur la banque

le
1
Le coach Leonardo Jardim doit composer avec la politique spéculative de son club.
Le coach Leonardo Jardim doit composer avec la politique spéculative de son club.

C'est officiel. Depuis dimanche soir, le Paris SG n'a plus de rival cette saison pour la course au titre de champion de France. L'éclatante victoire du club de la capitale à Monaco (3-0) a mis en lumière le fossé qui sépare une équipe qui a fait une bonne préparation et une autre, censée être sa concurrente sportive, qui est en plein chantier à cause de transferts incessants.

Telle est la situation de l'AS Monaco. Le récapitulatif du mercato estival monégasque pourrait déboucher sur un livre au regard du nombre élevé de transferts qui ont animé le club. Plus de 20 départs et presque 20 arrivées, l'effectif a subi pire qu'un toilettage, il est passé à la lessiveuse. Beaucoup de joueurs-cadres sont partis tels qu'Abdennour (Valence), Kurzawa (PSG), Kondogbia (Inter), Martial (Manchester United) ou Ferreira Carrasco (Atlético Madrid). Ils ont été vendus en échange d'indemnités de transfert faramineuses. Ces cinq ex-Monégasques cités totalisent une rentrée d'argent avoisinant les 195 millions d'euros, dont 80 pour le seul Anthony Martial !

Merci la C1

Certes, l'ASM devra redistribuer une partie de ces recettes aux clubs où ils avaient été recrutés précédemment (par exemple, plus de 10 millions pour l'OL via le transfert de Martial). Mais le club azuréen a bien gagné le pactole cet été grâce à sa politique spéculative. Celle-ci consiste, depuis le changement de stratégie de l'actionnaire Dmitri...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1084720 le mardi 1 sept 2015 à 15:28

    L'actionnaire est réactif, sans participation à la "champions league", ne pouvant concourir que pour la seconde place du championnat de France, il désinvestit, il a entièrement raison.