Football, Liga : les joueurs s'associent à la menace de grève

le
0
Football, Liga : les joueurs s'associent à la menace de grève
Football, Liga : les joueurs s'associent à la menace de grève

Au premier rang, derrière le président de l'Association des footballeurs espagnols (AFE), Iker Casillas, Sergio Ramos (Real Madrid), Xavi, Iniesta, Gerard Piqué (FC Barcelone) ou encore Juanfran (Atlético de Madrid). Lors d'une conférence de l'AFE, les stars de la Liga sont venues, comme une cinquantaine de représentants d'autres clubs professionnels, défendre une meilleure répartition des droits télévisuels. 

Au lendemain de la menace de grève de la Fédération espagnole (RFEF) à partir du 16 mai prochain, ce qui impacterait les deux dernières journées de Liga et la finale de la Coupe du Roi, les joueurs ont soutenu cette menace. Comme la RFEF, la AFE souhaite rediscuter du décret récemment adopté par le gouvernement espagnol et qui prévoit que les équipes de Liga récupèrent 90 % des droits télés, ne laissant que 10 % aux clubs de Liga Adelante (la deuxième division). 

«Nous devons défendre nos droits»

«Nous demandons moins de différences dans la distribution des droits entre la première et la deuxième division, comme cela se fait ailleurs en Europe (...) On ne nous a même pas demandé de discuter alors que tout aurait été réglé en 15 minutes», explique Luis Rubiales, le président de l'AFE, équivalent espagnol de l'UNFP, le syndicat des joueurs professionnels français. «Pour avoir un accord sur le football, il faut compter sur les footballeurs. Nous sommes 8 000 licenciés et nous devons défendre nos droits», a renchéri Luis Rubiales, qui s'est toutefois dit «ouvert au dialogue avec le gouvernement». Il a laissé entrevoir la possibilité de lever la menace de grève si syndicat et gouvernement parviennent à un «accord sur des changements» avant le 16 mai.

Au départ, ce nouveau décret était prévu, sur demande de la RFEF, pour établir un meilleur équilibre entre les clubs en vendant les droits télés de manière groupée comme c'est le cas en France ou en Angleterre. Aujourd'hui, les clubs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant