Football : les hooligans sont de retour

le
0
La piste d'athlétisme du stade olympique de Kiev en partie envahie par des supporters lors du match de C3 face à Guingamp.
La piste d'athlétisme du stade olympique de Kiev en partie envahie par des supporters lors du match de C3 face à Guingamp.

Des scènes qui se répètent et à chaque fois la même sensation de désolation. Ramené à l'ordre du jour par l'incident du métro parisien, le fléau du hooliganisme a brutalement refait surface dans les esprits. Et malheureusement, l'épisode de la station Richelieu-Drouot n'a été que la rampe de lancement d'une semaine ô combien agitée dans les arènes à travers l'Europe. Les "chiens enragés" de KievJeudi soir, le Dynamo mène 2-1 face à Guingamp lorsque des échauffourées éclatent derrière le but d'Olexandr Shovkovsky peu avant la 80e minute. La piste d'athlétisme est alors envahie par une cinquantaine d'hommes, dont certains sont armés de chaises tandis que d'autres échangent des coups avec les stadiers. Pendant qu'à 100 mètres de là, l'arbitre décide de renvoyer les joueurs au vestiaire, la sécurité parvient à contenir le mouvement de foule puis à encercler le groupe. Le tout sous le regard médusé des 50 000 spectateurs au stade olympique, qui étaient venus s'offrir via le football une bouffée d'oxygène dans un contexte politique et social particulier. Le match reprendra dix minutes plus tard dans une ambiance lourde. Interrogé par RMC, le président guingampais Bertrand Desplat n'hésitera pas à parler de "stade en guerre, avec des chiens enragés qui voulaient en découdre". Certains supporters bretons auraient été pris pour cible. En décembre dernier, lors du match entre Dnipro et Saint-Étienne (joué à Kiev), 11...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant