Football: les Bleus ont la tête aux barrages

le
0
LES BLEUS CONTRE L?AUSTRALIE AVEC LA TÊTE AUX BARRAGES
LES BLEUS CONTRE L?AUSTRALIE AVEC LA TÊTE AUX BARRAGES

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - L'équipe de France de football affronte l'Australie ce vendredi pour un match amical un peu plus intéressant que l'affiche ne le laisse penser, entre préparation des barrages de la Coupe du monde et un élan à conserver.

L'adversaire, 53e au classement Fifa, battu 6-0 par le Brésil le mois dernier, sa troisième défaite de rang après celles contre le Japon et la Chine cet été, n'a rien d'un épouvantail et les Bleus se doivent d'en profiter.

Le paradoxe vient du fait que l'Australie, elle, a déjà son billet pour le Brésil quand Didier Deschamps et son groupe sont convaincus de devoir batailler encore en novembre puisque l'Espagne finira certainement première de leur groupe et que leur place en barrages est quasiment acquise.

En début de semaine, le sélectionneur a exposé de façon très simple les enjeux de ce match, occasion de retrouvailles avec le Parc des princes: gagner pour espérer être protégé lors des barrages et offrir à ses joueurs des repères supplémentaires.

Quatre têtes de série seront désignées par le classement Fifa pour les barrages qui opposeront les meilleurs deuxièmes des groupes européens. Pour l'instant, la France n'en fait pas partie mais deux victoires contre l'Australie puis la Finlande, vendredi, l'en rapprocheraient.

Elle pourrait ainsi éviter des adversaires possibles tels que la Croatie, le Portugal ou la Russie, qui auraient été seulement pris au sérieux en d'autres temps alors qu'ils semblent aujourd'hui des obstacles un peu hauts pour les Bleus.

HIÉRARCHIE "ÉVOLUTIVE"

Puisqu'il est encore prématuré de faire des calculs tant les cas de figure sont nombreux, l'équipe de France devra d'abord se concentrer sur elle-même, sur ce qu'elle sait ou ne sait pas faire.

Après cinq matches sans victoire et sans but, elle a enfin goûté au succès le mois dernier en Biélorussie (4-2) grâce à une seconde période plus enlevée que maîtrisée mais durant laquelle elle a su forcer le destin.

Face à l'Australie, il s'agira donc de poursuivre ce qui a été esquissé à Gomel, même si tout n'y fut pas parfait.

Il pourrait aussi être question de continuité dans les choix de joueurs, notamment au poste d'attaquant. Si Olivier Giroud n'a pas marqué en Biélorussie, il a été impliqué sur les quatre buts des Bleus et l'idée qu'il prend le pas sur Karim Benzema fait son chemin.

"La hiérarchie est évolutive", a rappelé Didier Deschamps cette semaine, avant de placer Olivier Giroud dans la peau d'un titulaire potentiel à l'entraînement.

Il en a fait de même avec Samir Nasri qui, auteur de deux bonnes entrées en Géorgie et Biélorussie, pourrait débuter, peut-être aux dépens de Mathieu Valbuena ou sur le côté droit, où personne ne s'impose et où Loïc Rémy est un recours crédible.

"C'est bien pour lui d'avoir fait deux entrées positives. Il a envie, il a faim, ça se voit", a dit Didier Deschamps au sujet de Nasri. "Qu'il maintienne ce niveau là et qu'il fasse simple. S'il maintient la simplicité, il sera plus efficace."

Avec l'entrée de Mathieu Debuchy à droite, puisque Bacary Sagna est blessé, le possible retour de Yohan Cabaye et les incertitudes qui entourent Laurent Koscielny et Raphaël Varane, ménagés mercredi, le onze de départ devrait encore changer.

Cela tombe bien puisque Deschamps entend aligner ces prochains jours deux équipes légèrement différentes et profiter, vendredi, des six changements autorisés lors d'un match amical pour effectuer une revue d'effectif sans tout bouleverser.

Derrière ce programme, il y a la préparation des barrages de novembre lors desquels il faudra avoir des repères collectifs et arriver sur une dynamique positive.

C'est tout le sens du match amical de vendredi.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant