Football: les Bleus ont encore la tête à Madrid

le
0
LES BLEUS, ENCORE UN PEU À MADRID AVANT PARME
LES BLEUS, ENCORE UN PEU À MADRID AVANT PARME

par Olivier Guillemain

CLAIREFONTAINE, Yvelines (Reuters) - Les joueurs de l'équipe de France de football avaient encore des étoiles plein les yeux, lundi, à l'heure de se retrouver à Clairefontaine pour la première fois depuis leur match nul prometteur (1-1) rapporté d'Espagne il y a près d'un mois.

Et, à les entendre disserter sur cette rencontre qui leur permet de rester en course pour une qualification directe pour la prochaine Coupe du monde, on en aurait presque oublié qu'ils joueront mercredi un match amical contre l'Italie.

"On a vécu tout cela intensément. Il y a eu des émotions fortes et une émotion collective qui font plaisir", a expliqué le sélectionneur Didier Deschamps.

"Pour en avoir parlé avec beaucoup de personnes qui étaient au stade ou spectateurs, ils ont la sensation d'avoir vibré, d'avoir vécu des émotions fortes."

"Enormément de gens ont regardé ce match. Je n'ai pas eu d'analyse négative ou de reproches, bien au contraire, que des propos élogieux et le sentiment d'avoir vibré (...) Notre équipe a besoin de se construire et ce match était important", a poursuivi le capitaine des champions du monde 1998.

Menée 1-0 à Madrid par les champions du monde et double champions d'Europe en titre, l'équipe de France a livré le 16 octobre dernier une prestation de haute volée pour arracher le match nul dans le temps additionnel de la deuxième période.

La qualité de jeu proposé a même conduit bon nombre d'observateurs à dire que l'on n'avait plus vu les Bleus jouer comme cela depuis la Coupe du monde 2006. A l'époque, la troupe de Zinédine Zidane s'était hissée en finale.

Didier Deschamps a parfaitement conscience de l'importance de ces matches-là après les derniers épisodes de la saga bleue, en particulier à Knysna lors du Mondial 2010 puis en Ukraine lors de l'Euro 2012.

"NOUVEL ÉTAT D'ESPRIT"

"Les images qui ont le plus de poids sont celles qui se passent sur le terrain (...) Cela n'a pas de prix. Il faut capitaliser sur ça", a-t-il dit avant de détailler point par point ce qu'il avait aimé contre l'Espagne: "La générosité, l'enthousiasme et la détermination."

"Pour ceux qui ont vécu ce moment-là, c'est important. C'est quelque chose sur laquelle on doit s'appuyer. On peut faire toutes les campagnes de communication, toutes les interviews pour vous dire que le groupe vit bien, il n'y a que ce qui se passe sur le terrain qui est la vérité", a-t-il conclu.

A Madrid, Bafétimbi Gomis était sur le banc. Mais lui aussi a raconté lundi qu'il avait vécu avec ses coéquipiers un moment fondateur en Espagne.

"Le scénario et le contexte font que cela a été très chaud entre nous après ce match. On était tous vraiment très heureux. Et cela montre aussi le nouvel état d'esprit qui règne dans la maison bleue", a-t-il estimé.

En rentrant à Lyon, au lendemain du match, Bafétimbi Gomis a d'ailleurs remarqué que quelque chose avait changé dans l'équipe. Mais aussi dans le regard des supporters.

"J'étais dans le TGV et ce n'était pas comme d'habitude. Je n'étais pas le seul à être fier et heureux. Le public a vu une équipe de France qui allait de l'avant, qui a fait vibrer, qui avait des valeurs et des vertus. Je pense que toute la France a vibré, pas seulement les 23 joueurs", a-t-il raconté.

Pour l'attaquant lyonnais, s'il y a une explication, il faut la chercher du côté de Didier Deschamps. Le sélectionneur a dit et répété à ses joueurs qu'ils devaient faire preuve de discipline et soigner leur image abîmée.

"Il a vraiment mis l'accent là-dessus", a souligné Bafétimbi Gomis, avant de donner un exemple précis : "En arrivant aujourd'hui j'ai trouvé sur ma porte une petite feuille avec des règles de vie à respecter, celles qui sont indispensables."

"On est un groupe nouveau", a-t-il conclu.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant