Football: le tour du monde en 50 matches amicaux

le
0
LA FRANCE AFFRONTE L'ITALIE EN MATCH AMICAL CE MERCREDI
LA FRANCE AFFRONTE L'ITALIE EN MATCH AMICAL CE MERCREDI

par Brian Homewood

BERNE (Reuters) - Les sélections européennes ne voyageront pas très loin mercredi pour disputer leurs matches amicaux, à l'exception de l'Espagne, championne du monde et double championne d'Europe de football, qui fera le trajet jusqu'au Panama.

Outre cette touche d'exotisme, il y aura du classique, comme les rencontres Pays-Bas-Allemagne, Italie-France ou Suède-Angleterre, autant de sélections qui ont toujours un contentieux à régler entre elles.

Les matches entre les Pays-Bas et l'Allemagne, en particulier, relèvent d'à peu près tout sauf des relations de bon voisinage, au moins depuis la finale de la Coupe du monde 1974 perdue par les Oranje contre la RFA.

Comme si la motivation de jouer contre un vieux rival ne suffisait pas, les Pays-Bas auront un double affront à laver : la gifle reçue en Allemagne l'année dernière (3-0) et la défaite 2-1 en match de groupe de l'Euro 2012.

Au total, une cinquantaine de matches amicaux sont au programme.

Les équipes non européennes ne sont pas toutes aussi sédentaires, à l'image de l'Argentine ou du Cameroun. La première jouera contre l'Arabie Saoudite, avec Lionel Messi, tandis que la seconde affrontera l'Albanie en Suisse.

Il y a quelques années encore, la simple évocation des Lions indomptables aurait suffi à donner des sueurs froides aux meilleures nations. Aujourd'hui, le Cameroun, pas qualifié pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2013, repart de zéro.

Quant au Brésilien Neymar, dont le talent reste confiné au championnat du Brésil, il a, lui aussi, des preuves à faire sur la scène internationale. Il pourra profiter pour cela du match contre la Colombie pour faire parler de lui.

PÉRIPLES AU LONG COURS

La principale curiosité de cette rencontre sera le duel entre deux des attaquants les plus séduisants du moment. Neymar d'un côté et, de l'autre, le Colombien de l'Atletico Madrid Radamel Falcao qui réussit l'exploit de faire presque aussi bien, en Espagne, que Lionel Messi et Cristiano Ronaldo.

Il y aura un autre enjeu pour le Brésil. Le sélectionneur Mano Menezes tâtonne pour trouver la meilleure formule et une identité de jeu. Et il commence à y avoir urgence puisque le Mondial brésilien a lieu dans moins de deux ans.

Plus au Nord, le Panama accueillera l'Espagne. Les champions du monde ont récemment pris l'habitude des périples au long cours dans leurs ex-colonies, du Venezuela à Porto Rico, en passant par le Costa Rica.

"Le voyage au Panama est partie intégrante d'un accord conclu avec d'autres pays hispanophones et, sur le plan sportif, il nous aide à nous préparer pour les matches à venir", a expliqué le sélectionneur, Vicente del Bosque.

Il faut ranger parmi ces "matches à venir" le France-Espagne comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014, le 26 mars prochain.

Les Portugais seront, eux, en excursion au Gabon où le gouvernement d'Ali Bongo, un président qui sera sans doute dans les tribunes, mise beaucoup sur le football : il a accueilli la CAN 2012 ainsi que le Brésil l'année dernière pour une rencontre amicale.

Simon Carraud pour le service français, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant