Football: le Stade de Reims se découvre des exigences

le
0
LE STADE DE REIMS AVANCE VERS SON OBJECTIF DU MAINTIEN
LE STADE DE REIMS AVANCE VERS SON OBJECTIF DU MAINTIEN

par Dimitri Rahmelow

REIMS (Reuters) - Après quelques prestations convaincantes en début de saison, le Stade de Reims a un peu baissé de rythme mais, 7e de Ligue 1, il continue à avancer vers son objectif du maintien et se prend même à rêver mieux.

Si les Champenois sont allés gagner mercredi contre le dernier, Sochaux (2-0), et ont arraché la victoire (1-0) à l'ultime seconde samedi contre Nice, ils avaient explosé en deuxième mi-temps à Saint-Etienne (4-0), livré un non-match contre le PSG (3-0) et manqué d'ambitions à Lorient (0-0).

"A défaut d'être talentueux, mes joueurs sont courageux en ce moment", plaide l'entraîneur Hubert Fournier, déçu par les sifflets d'une frange du public, samedi, contre l'OGC Nice qui a perdu à Delaune son septième match consécutif en championnat.

"Les terrains commencent à être gras et, samedi, nous avons joué notre troisième match de la semaine. Les garçons sont méritants et méritent du respect pour ce qu'ils font", juge le président Jean-Pierre Caillot, également agacé de l'attitude d'une partie des tribunes.

Les Rouge et Blanc, après une entame de championnat ratée à Rennes (1-2), avaient arraché des victoires à Marseille (3-2), contre Lille (2-1) et un nul contre Monaco (1-1) provoquant espoirs puis frustration de supporters devenus plus exigeants.

"Ils ont raison de l'être. Nous le sommes aussi", dit Didier Perrin, vice-président du club. "On n'a pas le même rendement qu'en début de saison. On était sur un petit nuage. On avait un jeu plus fluide, plus léché. On pioche un peu. Mais on ne va pas se plaindre d'être là où on est".

"ARRÊTER DE FAIRE LA FINE BOUCHE"

Le Stade de Reims, promu en Ligue 1 l'an passé 33 saisons après avoir quitté l'élite du football français, maintient malgré le 17e budget de Ligue 1 un rythme qui semble déjà lui garantir de disputer une troisième saison au plus haut niveau.

"Il y a certains matches que nous n'aurions pas gagnés l'an dernier. On a pris de la maturité. Et la saison n'est pas finie. On sera capable à un moment de renouer avec un meilleur jeu", promet Didier Perrin.

Comme un pied de nez à un public qui l'a pris en grippe depuis quelques semaines, l'attaquant Gaëtan Charbonnier, arrivé cet été en provenance de Montpellier, a inscrit in extremis le but de la victoire face aux Niçois.

Pour d'autres joueurs, comme le milieu de terrain offensif Odaïr Fortès dont la débauche d'énergie a été considérable en début de saison, la baisse de régime physique est certaine, et provoque plus de déchets que d'habitude.

"Parfois, il faut laisser la manière de côté pour avancer au classement. On vient de prendre six points contre des adversaires directs au classement", plaide l'arrière gauche Franck Signorino, infatigable combattant lors de ses dix matches disputés depuis la reprise du championnat.

"Il ne faut pas oublier qu'en début de saison, tout le monde nous mettait dans la charrette. On est en train de remplir le contrat. On n'a perdu que quatre fois. Il faut vraiment arrêter de faire la fine bouche", poursuit l'ancien Nantais et Messin.

Les Rémois, qui se déplacent à Evian samedi et recevront Ajaccio le 21 décembre, signeraient volontiers pour remporter ces deux derniers matches avant la trêve même sans la manière et ainsi afficher de nouvelles ambitions lors de la phase retour.

"Il faut que les gens sachent que le Stade de Reims, en Ligue 1, avec nos moyens, c'est déjà merveilleux. On donne du rêve à beaucoup de gens", conclut Jean-Pierre Caillot, qui a connu l'époque du Stade de Reims au statut amateur.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant