Football : le rêve américain de l'OM

le , mis à jour à 07:25
0
Football : le rêve américain de l'OM
Football : le rêve américain de l'OM

Comme nous le révélions lundi, la vente de l'OM s'est accélérée. Le club est entré en négociations exclusives avec Frank McCourt, milliardaire américain qui investit en son nom propre. Récit d'une vente et des changements à venir.

 

Le rôle majeur de la Ligue

 

Même s'il reste prudent -- « Il faut rappeler que la transaction n'est pas définitivement conclue » --, Didier Quillot, le directeur exécutif de la Ligue, le nouvel homme fort du monde pro, se réjouit de cette opération : « C'est une bonne nouvelle pour l'OM, la Ville et les supporteurs. Il fallait un grand projet sportif, populaire et marketing à Marseille, place forte du football français. Cela démontre que notre football est en train de se redresser et qu'il devient attractif. » C'est d'abord vers Didier Quillot que Frank McCourt s'est tourné en juin. L'Américain, qui avait entendu parler de lui, voulait le rencontrer. « Il voulait investir dans le football en Europe. Il a regardé des clubs en Angleterre et en Espagne. Je lui ai présenté mon projet de développement de la Ligue et du foot pro. Je l'ai convaincu d'investir en France. » Quillot le met en relation avec un homme qu'il connaît depuis quinze ans : Jacques-Henri Eyraud, le patron de « Paris Turf ». En juillet, McCourt entre en contact avec Margarita Louis-Dreyfus et son dossier s'impose vite comme le plus solide. Le nouveau propriétaire de l'OM a vendu la franchise de base-ball des Dodgers pour 2 Mds€ (2,15 Mds$). « Il investit son propre argent, ajoute Quillot. Il est fortuné et il est entouré d'un autre entrepreneur brillant (Eyraud). Cela rend crédible le projet. » Le dossier américain s'est vite révélé plus puissant que celui de Gérard Lopez, l'homme d'affaires luxembourgeois qui a fait croire la semaine dernière qu'il était l'heureux acquéreur, avançant un improbable ticket avec Marcelo Bielsa.

 

5 % pour Margarita, au nom du fils

 

Hier, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant