Football: le propriétaire de Bordeaux annonce des renforts

le
0

BORDEAUX (Reuters) - Nicolas de Tavernost, propriétaire des Girondins de Bordeaux, annonce des renforts lors du marché hivernal des transferts pour répondre à la mauvaise situation du champion de France 2009, 18e de la Ligue 1 après la 11e journée.

Dans un entretien paru mercredi dans Sud-Ouest, le président du directoire de M6 annonce que l'actionnaire va dégager des moyens supplémentaires.

Nicolas de Tavernost refuse d'indiquer un montant mais il pourrait être de l'ordre de 10 millions d'euros selon la presse spécialisée.

"Je ne vais pas donner de montant dans la mesure où ce sera en fonction des choix qui seront effectués pour la deuxième partie de saison. Je serai prochainement à Bordeaux pour en parler avec le président Jean-Louis Triaud et l'entraîneur (Francis Gillot)", précise-t-il.

Le dirigeant de la chaîne de télévision estime que "l'actionnaire ne devrait pas avoir à remettre de l'argent sur la table alors qu'il a donné au club les moyens de se développer, d'assurer un train de vie de cinquième et qui maintenant, parce qu'il y a urgence, va lui permettre d'effectuer un recrutement supplémentaire malgré le déficit".

Le déficit annoncé du club à la fin de l'année est de plus de 11 millions d'euros.

Nicolas de Tavernost estime que la situation sportive n'est pas la conséquence de la politique financière car si la logique économique était respectée, le club serait "quatrième ou cinquième, ce qui correspond au classement du budget du club en France (environ 70 millions d'euros, ndlr)".

Dans la tourmente, l'entraîneur Francis Gillot n'est pas remis en cause.

"Je ne crois absolument pas. Francis Gillot est quelqu'un de courageux, qui fait preuve d'efficacité et qui, quoiqu'il arrive, sera présent à la reprise de janvier. Ce n'est généralement pas le changement d'entraîneur qui apporte la solution", dit encore Nicolas de Tavernost.

Il réitère également sa confiance au président Jean-Louis Triaud, très contesté chez les supporters.

"Il a notre confiance. Il est président et le reste, son rôle n'est pas facile. Des erreurs ont certainement été commises à l'intérieur du club, nous en assumons tous notre part de responsabilité. Je ne suis pas là pour admonester, on ne s'en sortira pas dans la dissension, ce n'est pas notre conception du sport", souligne-t-il.

Pour lui, il est désormais urgent de "faire les bons choix sportifs et surtout (de) rétablir la confiance".

Claude Canellas, édité par Chrystel Boulet-Euchin et Clément Guillou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant