Football : la descente aux enfers de Parme, déclaré en faillite

le
0
Football : la descente aux enfers de Parme, déclaré en faillite
Football : la descente aux enfers de Parme, déclaré en faillite

Plus dure sera la chute. Parme, vainqueur de trois Coupes d'Europe, a vu jeudi le tribunal officialiser sa faillite. Le club de football, actuelle lanterne rouge du championnat d'Italie, attend le détail des décisions pour savoir s'il finira la saison. Il ne sait toujours pas s'il repartira en 2e division ou en championnat italien amateur l'année prochaine. Qu'il est loin le temps où Gianluigi Buffon, Lilian Thuram ou encore Fabio Cannavaro faisaient briller les couleurs jaunes et bleues...

«Les créditeurs ont demandé la faillite, le procureur de la République aussi», a expliqué un dirigeant du Parma FC, Osvaldo Riccobene, sur les marches du tribunal de Parme. Symbole d'une incroyable descente aux enfers déconfiture, l'homme représentait son président, Giampietro Manenti, car ce dernier... est en prison ! Il a été arrêté mercredi pour suspicions de fraude aux cartes bancaires et de blanchiment d'argent.

Manenti avait racheté le club en février pour un euro symbolique. Depuis, il promettait d'injecter de l'argent, ce qu'il n'a jamais fait. Parme a connu trois présidents cette saison : celui de la banqueroute, Leonardo Ghirardi, puis l'éphémère propriétaire albanais Rezart Taçi, qui a vendu à Manenti. Cet hiver, de nombreux joueurs ont quitté le club pour alléger la masse salariale. Cela a été le cas par exemple de l'attaquant international italien Antonio Cassano, 32 ans.

«C'est ridicule, il n'y a pas de limite à la honte»

«C'est ridicule, il n'y a pas de limite à la honte», a réagi le capitaine de l'équipe, Alessandro Lucarelli, à l'arrestation de son président. Parme a cumulé 218 millions et 446.754,61 euros de dettes brutes et ne paie plus ses joueurs ni ses employés depuis sept mois. «L'état d'insolvabilité apparaît irréversible», a dit le juge Pietro Rogato.

La décision complète du tribunal pourrait tomber jeudi soir, ou vendredi, voire lundi. Deux administrateurs judiciaires ont été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant