Football : la CAN-2015 aura lieu en Guinée équatoriale

le
0
Football : la CAN-2015 aura lieu en Guinée équatoriale
Football : la CAN-2015 aura lieu en Guinée équatoriale

Cette fois, c'est fait. La Confédération africaine de football (CAF) a trouvé le pays organisateur de la prochaine Coupe d'Afrique des Nations qui aura lieu du 17 janvier au 8 février : la Guinée équatoriale. Le choix du pays, qui avait déjà co-organisé l'épreuve en 2012 avec le Gabon, a été officialisé après une rencontre à Malabo entre le président de la République de Guinée équatoriale Teodoro Obiang et le président de la Confédération africaine de football (CAF) Issa Hayatou.

Ce dernier a d'ailleurs remercié le président équato-guinéen d'avoir «accepté d'organiser, à deux mois de l'événement, une compétition comme celle-là» après le retrait du Maroc, qui avait mis en avant les dangers de Ebola. Et Issa Hayatou de souligner, enthousiaste, «il faut avouer qu'il faut être vraiment un vrai Africain».

Les quatre sites retenus pour la phase finale sont Malabo, Bata, Mongomo et Ebebiyin, précise la CAF. Le tirage au sort de la phase finale sera effectué le mercredi 3 décembre 2014 à Malabo. 

Ainsi, la Guinée équatoriale sera directement qualifiée en tant que pays hôte, alors que ce pays avait été écarté en juillet des qualifications pour avoir aligné un joueur non éligible en tour préliminaire. La CAN opposera 16 équipes (15 pays qualifiés plus le pays hôte). Les derniers qualifiés seront connus après les ultimes journées des matches éliminatoires, les 14/15 et 19 novembre.

Le Maroc s'est désisté mardi, faisant valoir un «cas de force majeure sanitaire» à cause de l'épidémie qui a fait plus de 5000 morts, essentiellement dans trois pays d'Afrique de l'Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone). Le royaume, disqualifié, exclu donc de la compétition, pourrait désormais faire l'objet d'autres sanctions de la part de la CAF, notamment financières.

Après la mise hors-jeu du Maroc, puis le forfait de l'Angola mercredi, le Qatar s'était dit «prêt à apporter toute l'aide qu'on lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant