Football, L2 : passe d'armes Braillard-Thiriez autour de l'affaire Luzenac

le
0
Football, L2 : passe d'armes Braillard-Thiriez autour de l'affaire Luzenac
Football, L2 : passe d'armes Braillard-Thiriez autour de l'affaire Luzenac

Une prise de position politique tranchée va-t-elle faire fléchir la toute puissante Ligue de football professionnelle (LFP) ? Visiblement non. Alors que le secrétaire d'Etat aux Sports, Thierry Braillard, dénonce ce lundi une «hypocrisie» de la LFP concernant le club de Luzenac, son président, Frédéric Thiriez, prévient qu'il ne cédera à «aucune pression politique».

En cause, le refus par les instances dirigeantes du foot de permettre l'accession de Luzenac en Ligue 2. Le club a par la suite demandé la semaine dernière une conciliation au ministère. 

«Luzenac aurait dû avoir sa place en L2, explique Thierry Braillard, ancien député du Rhône. Il y a une hypocrisie: soit la Ligue de football professionnel veut une ligue fermée pour les pros, avec 18 clubs et une seule montée par an - ce qui serait aller au bout de la logique - soit elle défend l'intérêt sportif et alors on ne peut pas reprocher à des clubs amateurs de se comporter comme des amateurs. Il faudrait les accompagner vers le monde professionnel».

Soutien aux collectivités locales et au monde amateur

«Il faut être équitable, poursuit-il. Pour Lens, on a dit pas de problème, il y a la parole d'Amiens (pour jouer dans ce stade, ndlr). Pour Luzenac, on dit il y a un problème, alors qu'il y a la parole du Stade toulousain. Il faut faire confiance à la parole publique du Conseil général de l'Ariège et de la mairie de Toulouse». 

«La LFP a fait son travail, a pris sa décision, et a le dernier mot, souligne encore Thierry Braillard, avocat de profession. Mais quand la DNCG (gendarme financier) a, en appel, dit que le dossier financier était acceptable, on ne s'attendait pas à ce qu'on ressorte l'histoire du stade». 

«Je ne cèderai à aucune pression politique d'où qu'elle vienne», rétorque Frédéric Thiriez, ce lundi soir. Et le président de la Ligue de football professionnel de lâcher : «Je comprends que Thierry Braillard subit la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant