Football. Helena Costa : «J'espère être jugée pour mon travail»

le
0
Football. Helena Costa : «J'espère être jugée pour mon travail»
Football. Helena Costa : «J'espère être jugée pour mon travail»

D'un ton déterminé, elle ne cesse de répéter qu'il n'y a pas de différence entre un entraîneur homme ou femme. Le mot « compétence » revient sans cesse dans sa bouche, comme si elle souhaitait mettre un terme à ce buzz né de sa nomination et ne plus être considérée comme une anomalie, voire une bête de foire.

La saison prochaine, la Portugaise Helena Costa, 36 ans, deviendra la première femme à diriger une équipe masculine de football professionnel. Elle prendra la tête de Clermont (L 2) pour les deux prochaines saisons. Avant sa présentation officielle le 21 ou 22 mai, celle qui a dirigé les équipes féminines du Qatar et de l'Iran nous livre ses attentes. Elle s'exprime en portugais, sa langue natale, même si elle maîtrise correctement la langue de Molière. « J'ai appris le français à l'école, je me débrouille un peu, sourit-elle. Mais il va falloir que je révise encore un peu. »

Qu'avez-vous dit au président de Clermont, Claude Michy, pour le convaincre de vous embaucher ?

HELENA COSTA. Il faudra lui demander ce qui, dans mes propos, l'a convaincu. Nous nous sommes rencontrés et nous avons eu une conversation honnête, franche et animée autour des objectifs du club, des méthodes de travail et de ce qu'on pouvait réaliser. Comme n'importe quel autre entretien. Je ne sais pas ce qui lui a plu dans mon discours. Mais je salue son courage.

Etes-vous fière d'être la première femme à entraîner un club de football masculin professionnel ?

C'est bien, oui. Mais je suis surtout fière d'avoir atteint un objectif, celui de diriger une équipe pro. J'aimerais juste désormais qu'on me regarde à travers mon travail et non pas en fonction de ma condition de femme. C'est la compétence qui compte. Laissons le reste de côté.

Votre rêve était-il de diriger un jour une équipe masculine ?

Diriger des hommes, des femmes, c'est pareil. Je vais m'occuper d'une équipe professionnelle, en deuxième division. C'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant