Football - Fifa : Platini avoue l'absence de contrat écrit pour la somme reçue de Blatter

le
1
Michel Platini et Joseph Blatter ne s'entendent plus depuis que le premier a officialisé son ambition d'être président de la Fifa.
Michel Platini et Joseph Blatter ne s'entendent plus depuis que le premier a officialisé son ambition d'être président de la Fifa.

Michel Platini admet que le versement controversé de 1,8 million d'euros reçu du président de la Fifa Joseph Blatter en 2011 ne procède pas d'un contrat écrit, mais d'un accord « d'homme à homme », dans une interview au Monde lundi. « De toute manière, j'ai appris depuis qu'en droit suisse, un contrat oral vaut comme un contrat écrit », poursuit le président de l'UEFA, qui « trouve honteux d'être traîné dans la boue » et réaffirme son intention de briguer la succession de Blatter à la présidence de la Fifa. « C'était un truc d'homme à homme. Il allait devenir président de la Fifa. La Fifa ! J'avais confiance », ajoute Platini au sujet de Sepp Blatter. Il sous-entend en outre que le Suisse est à l'origine des révélations sur ce versement qui a valu aux deux hommes leur suspension de 90 jours par la commission d'éthique de la Fifa. Mais « même s'il veut me tuer politiquement, je garde un peu d'affection pour ce que nous avons vécu ensemble ».

Contrat écrit ou simplement tacite : la nature de l'accord qui a donné lieu à ce fameux versement est une question centrale depuis qu'a été révélé ce paiement de 1,8 million d'euros à Platini en 2011, pour des travaux de conseiller effectués de 1999 à 2002. L'absence de contrat écrit pourrait en effet conduire des fédérations européennes à retirer leur soutien au Français, comme l'a déjà fait la Fédération anglaise vendredi dans l'attente de la fin des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le lundi 19 oct 2015 à 11:51

    C'est tout de même un peu embêtant non, de se faire remettre 1 ou 2 millions d'euros, comme çà, là. Merci Patron.