Football - Euro 2016 : comment l'Espagne s'est compliqué la vie

le
0
Sergio Ramos et l'Espagne ont désormais un tableau chargé pour avancer dans cet Euro 2016.
Sergio Ramos et l'Espagne ont désormais un tableau chargé pour avancer dans cet Euro 2016.

L'Espagne, double championne d'Europe en titre, survolait depuis le début de cet Euro 2016. Ses deux victoires, l'une arrachée contre la République tchèque (1-0) et l'autre acquise facilement contre la Turquie, semblaient l'avoir lancée sur la route d'un troisième sacre consécutif. C'était en tout cas l'avis des bookmakers, qui l'avaient pour la plupart replacée devant la France parmi les favoris à la victoire finale.

La gestion du cas Pedro

Mais il a suffi de 48 heures chaotiques (ou presque) pour qu'une grande partie de la sérénité ambiante vire à l'anxiogène. Tout commence lundi, avec une interview du joueur de Chelsea Pedro Rodriguez sur la chaîne #0, dans laquelle il confie au grand jour sa frustration de ne pas être titulaire. « C'est difficile pour moi d'assumer ce rôle. Quand on n'a pas de continuité, cela ne vaut pas la peine de continuer à venir juste pour compléter le groupe, pour être avec les partenaires, même si je suis très à l'aise », confie-t-il alors, sans doute pas confiant d'être le point de départ de deux jours agités.

Le lendemain, Pedro s'invite en conférence de presse pour clarifier ses propos : « Je ne regrette pas, si on me demande quel sera mon avenir en sélection, évidemment je répéterai la même chose, que j'ignore quelle continuité je peux avoir ici », lâche-t-il alors, sans remettre en cause l'idée d'une prochaine retraite internationale. Lui qui faisait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant