Football - Équipe de France : l'irremplaçable troisième gardien

le
0
Football - Équipe de France : l'irremplaçable troisième gardien
Football - Équipe de France : l'irremplaçable troisième gardien

"Stéphane Ruffier, j'ai eu une longue discussion avec lui en mars dernier et j'ai dernièrement échangé avec lui, on a parlé. Et, à la suite de cet échange, j'ai pris la décision de ne pas le convoquer." La déclaration du sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, est lourde de sens, même s'il reste évasif sur ses propos. La fonction de troisième gardien a beau être promise à un ratio de temps de jeu proche du néant, ce poste requiert une totale implication de la part de l'intéressé. Une implication qui, semble-t-il, ne s'est pas avérée satisfaisante aux yeux du coach pour le cas Ruffier au moment où la liste des 23 joueurs convoqués pour les matches face à l'Arménie et au Danemark a été dévoilée.

Si l'on s'attarde sur le passé glorieux de l'équipe de France durant la période 1998-2001, il paraît difficile aujourd'hui de contester la décision de Didier Deschamps d'écarter le portier stéphanois. Le troisième gardien est un rouage essentiel du groupe. Après le sacre des Bleus au Mondial, l'ancien sélectionneur Aimé Jacquet avait rendu un vibrant hommage dans sa biographie sur le rôle positif de Lionel Charbonnier, le troisième gardien de l'équipe de France, pour mettre dans les meilleures dispositions mentales Fabien Barthez et Bernard Lama. "Sans jouer, Lionel Charbonnier a tenu ce rôle à la perfection, sans une faute, toujours dans le ton, toujours dans l'action, toujours motivé. Pour lui, et plus encore pour les autres....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant