Football : en Russie, le racisme ne connaît pas de trêve

le
0
Les incidents concernant des actes racistes se sont multipliés en Russie ces dernières années sans réellement que les instances locales prennent le problème à bras-le-corps (photo d'illustration). 
Les incidents concernant des actes racistes se sont multipliés en Russie ces dernières années sans réellement que les instances locales prennent le problème à bras-le-corps (photo d'illustration). 

La scène tend à se banaliser dans le championnat russe. Alors que se disputait vendredi le tout premier match de la saison 2015-2016 entre le Spartak Moscou et Ufa (2-2), le Ghanéen Emmanuel Frimpong a été victime d'un incident à caractère raciste. L'ancien joueur d'Arsenal, qui évolue aujourd'hui sous les couleurs du FK Ufa, a été victime d'insultes venues des tribunes, de cris de singe de la part des supporteurs du Spartak. Sa réaction : un doigt d'honneur à l'intention de l'auteur des faits, ce qui lui a valu un carton rouge de la part de l'arbitre de la rencontre.

« D'abord, je veux m'excuser pour avoir été exclu après avoir été provoqué. Cela n'aurait pas dû arriver, mais je suis un être humain. Insulté de manière raciste pour le jeu que j'adore... et pourtant, nous jouerons une Coupe du monde dans ce pays où les Africains devront venir pour jouer au football », a-t-il réagi ensuite sur son compte Twitter.L'amertume de Frimpong est d'autant plus légitime qu'il n'a pas vraiment reçu le soutien de son club. « C'était un incident malheureux », estime pour sa part le directeur général du FK Ufa, Shamil Gazizov. « Il y a des gens qui auraient crié des choses. Ce sont des émotions qui s'estompent une fois le match terminé. Nous sommes partenaires avec les Rouge et blanc [du Spartak, NDLR] et nous sommes en bons termes », a-t-il conclu son plaidoyer et stigmatisant la « mauvaise réaction » de Frimpong.

Un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant