Football: Didier Deschamps était le choix n°1 de la FFF

le
0
DIDIER DESCHAMPS ÉTAIT LE CHOIX NUMÉRO UN DE LA FFF
DIDIER DESCHAMPS ÉTAIT LE CHOIX NUMÉRO UN DE LA FFF

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Didier Deschamps était le choix numéro un de la Fédération française de football (FFF) pour diriger les Bleus, a souligné lundi son président Noël Le Graët, ne tarissant pas d'éloges sur le successeur de Laurent Blanc.

"L'équipe de France a besoin de bien jouer et de plaire. Je sais qu'il a mené des actions très compliquées dans son passé et qu'il a toujours réussi", a dit le président de la FFF lors de l'intronisation officielle de Didier Deschamps.

"Son expérience, sa réussite et sa carrière sont exceptionnelles (...) C'est un jeune entraîneur talentueux", a dit le patron du football français à propos du technicien basque, passé sur les bancs de l'AS Monaco, de la Juventus Turin et de l'Olympique de Marseille.

Prié de raconter les conditions dans lesquelles la FFF a décidé de nommer Deschamps à la tête de l'équipe de France, restées floues depuis le départ de Laurent Blanc il y a huit jours, Noël Le Graët a assuré n'avoir contacté aucun autre technicien pour ce poste.

"Il n'y avait pas de plan B. Je n'ai appelé aucun entraîneur", a-t-il dit en réponse aux rumeurs de nominations d'autres personnes, Paul Le Guen en tête, largement alimentées par le fait que Didier Deschamps avait demandé un délai de réflexion après leur premier entretien.

Sur cette question précise, Didier Deschamps s'est d'ailleurs expliqué, en affirmant qu'il n'avait pas hésité lorsque le poste lui a été proposé juste après son départ de l'Olympique de Marseille, qui a coïncidé avec la fin de l'aventure de Laurent Blanc chez les Bleus.

UN STAFF RÉDUIT MAIS "DE QUALITÉ"

"Ce n'était pas une hésitation. Vous savez tous ce qu'il s'est passé. L'important pour moi c'était de retrouver ma liberté par rapport au contrat qui me liait à l'OM. Cela a traîné en longueur, ce n'était pas facile et pénible", a raconté le nouveau sélectionneur des Bleus.

"Je pense être un être humain et suffisamment équilibré. Une telle décision mérite toujours une réflexion approfondie. C'est pour ça que les quelques jours que j'ai pu avoir la semaine dernière ont été importants pour moi. Je fonctionne comme ça. C'est important d'avoir un recul sur les événements et la lucidité", a-t-il poursuivi.

"Au fond de moi, il y a toujours eu, cela ne m'a jamais quitté, ce que représente ce maillot et le fait de devenir un jour sélectionneur (...) C'est une grande fierté et un honneur d'avoir cette responsabilité-là car je suis très attaché à ce maillot bleu blanc rouge."

Didier Deschamps a paraphé un contrat de deux ans, reconductible en cas de qualification pour le Mondial 2014. Laurent Blanc s'était vu fixer un objectif plus important: atteindre les quarts de finale de l'Euro 2012, ce qu'il a fait.

Mais Noël Le Graët, qui n'entretenait pas les meilleures relations du monde avec Laurent Blanc, a dit ne pas avoir traité différemment l'un et l'autre. "On peut jamais comparer les choses et les hommes", a-t-il tenu à souligner.

Le président de la FFF et Didier Deschamps doivent se revoir dès mardi, afin de finaliser la composition du staff du sélectionneur, un sujet de friction ces deux dernières années.

A la veille de cette réunion, deux choses sont acquises: Guy Stéphan sera l'adjoint de Didier Deschamps et la voilure sera réduite par rapport à l'époque de Laurent Blanc. Mais il y aura "de la qualité", a promis Noël Le Graët.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant