Football: David Beckham arrive à Paris en séducteur

le
0
DAVID BECKHAM, UN SÉDUCTEUR À PARIS
DAVID BECKHAM, UN SÉDUCTEUR À PARIS

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - Costume parfaitement ajusté et coupe de cheveux impeccable, conformément à son image de marque, l'Anglais David Beckham a entamé jeudi son opération de séduction du football français et en premier lieu de son nouveau club, le Paris Saint-Germain.

L'ancien joueur de Manchester United, devenu une vedette planétaire tant pour son pied droit que pour sa plastique, a répété à l'envi lors d'une conférence de presse qu'il était "excité", "heureux" et "honoré" de débarquer en France et au PSG.

L'excitation était partagée par les curieux présents aux abords du Parc des Princes et la foule des journalistes réunis dans l'auditorium du stade, où l'effervescence est allée croissant de 17h00, heure du rendez-vous, à 17h38, celle de son entrée en scène.

David Beckham, pièce vivante du patrimoine anglais, a fini par arriver, escorté par le président du club, Nasser Al-Khelaïfi, et le directeur sportif, Leonardo. Qui n'avaient aucune intention de faire de l'ombre à l'attraction du jour, espérée depuis un an au PSG.

"Tout se passe tellement bien (...) C'est sa conférence de presse", a balayé le Brésilien quand il a été interrogé sur les coulisses de négociations qui, selon la version officielle, ont formellement commencé à une heure du matin, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Même manoeuvre quand une journaliste a évoqué les conditions d'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Pas question de gâcher la fête préparée pour celui qui doit donner un peu plus de lustre au PSG qatari.

Depuis le changement de propriétaires au printemps 2011, les dirigeants ont tout fait pour attirer des joueurs mondialement connus, comme le Suédois Zlatan Ibrahimovic, transféré en juillet dernier.

Un an après son transfert avorté il y a un an, David Beckham a cette fois-ci donné son accord pour, dit-il, "aider le PSG et le championnat de France à grandir". "Je ne m'attends pas à jouer dans le onze de départ, mais je vais essayer d'aider."

"J'ai l'impression d'avoir 21 ans. Je n'ai pas perdu beaucoup de vitesse... En fait, je n'ai jamais eu beaucoup de vitesse", a plaisanté l'ancien milieu de terrain du Real Madrid, qui aura 38 ans en mai.

Le tout en anglais - il ne parle pas du tout français - et sans jamais se départir de son sourire.

BÉNÉVOLAT

"Où que je sois allé dans le monde, quels que soient les clubs dans lesquels j'ai joué, je me suis investi à 150%". Et peu importe que son contrat soit à durée déterminée, jusqu'à la fin du mois de juin.

Ce CDD inclut une disposition inédite qui devrait aider le joueur à se fondre sans controverse dans le décor de la Ligue 1: David Beckham sera un bénévole, moyennant quoi le PSG versera des dons à des associations caritatives.

L'arrivée de Zlatan Ibrahimovic avait déclenché elle une polémique jusque dans la classe politique sur la rémunération de l'international suédois, alors estimée par les médias à 14 millions d'euros nets par an.

"Je ne vais pas toucher de salaire pendant mes cinq mois au PSG", a expliqué le néo-Parisien.

"Je suis fier de pouvoir faire cela avec le PSG parce que j'aime pouvoir aider les enfants en difficulté tout en aidant le PSG. C'est pour ça que nous nous sommes retrouvés autour de ce projet."

Le nouveau numéro 32 du PSG a répondu pendant une demi-heure aux questions, toujours affable et sans montrer le moindre signe d'agacement quand les photographes ont joué des coudes pour obtenir un cliché.

Mieux: lorsque les organisateurs ont annoncé la fin de la séance de questions-réponses, David Beckham a lui-même accordé un peu de rab' à deux journalistes qui attendaient leur tour.

Mais aussi séducteur soit-il, David Beckham, plus proche de la retraite que du début de sa carrière, représente un pari sur le plan sportif. Moins sur le plan du merchandising où il sera, à lui seul, une immense valeur ajoutée pour la Ligue 1 et Paris.

Pendant qu'il s'adressait encore aux journalistes dans les murs du Parc des Princes, les premiers maillots floqués à son nom étaient mis en vente dans la boutique du club. En vitrine, forcément.

Edité par Gregory Blachier et Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant