Football, Coupe de la Ligue : Thiriez, menacé de mort, dépose plainte

le , mis à jour à 09:36
0
Football, Coupe de la Ligue : Thiriez, menacé de mort, dépose plainte
Football, Coupe de la Ligue : Thiriez, menacé de mort, dépose plainte

On savait déjà que Frédéric Thiriez ne passerait pas ses prochaines vacances en Corse. La dernière finale de la Coupe de la Ligue, samedi, n'a fait qu'accentuer la cassure entre le président de la Ligue de football professionnel (LFP) et le Sporting Club de Bastia. Le refus du dirigeant de descendre sur la pelouse saluer les joueurs des deux équipes avant le coup d'envoi en est à l'origine. Les Bastiais ne digèrent pas et dénoncent depuis ce manque de respect.

Si la décision de ne pas respecter le protocole un jour de finale peut être critiquée sur la forme, comme l'a fait hier le secrétaire d'Etat aux Sports, Thierry Braillard, elle puise son origine dans un contentieux plus ancien.

Un climat délétère

Le choix de Frédéric Thiriez s'explique par le côté délétère des jours précédant le match et les nombreuses menaces dont il a été l'objet. Des menaces prises très au sérieux par les pouvoirs publics qui ont placé sous surveillance, tout le week-end, le siège de l'instance. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a même suivi personnellement cette affaire.

Sur les réseaux sociaux, des messages orduriers ou menaçants ont circulé la semaine d'avant la finale. Extraits : « Dire que cette larve Thiriez, a été reçu au Sporting en grande pompe maintenant il faudrait le recevoir avec un fusil à pompe ! » « J'ai tellement la haine que j'étriperais Thiriez en jouissant. #creveordure ! » Un adepte de Twitter est allé encore plus loin , n'hésitant pas à poster une photo tirée d'un film où deux acteurs sont mis en joue par un commando armé et cagoulé et avec ce message : « Les supporteurs bastiais sont bien arrivés à Paris et sont ravis d'être avec la famille de Thiriez. »

Des débordements verbaux qui ont même été apposés jusque sur la fontaine des Innocents, en plein quartier des Halles (Paris Ier), où des incidents avec des fans du SCB ont par ailleurs eu lieu. Là ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant