Football: Blatter assimile les propos racistes à un fait de jeu

le
0

BERNE (Reuters) - Les joueurs victimes de propos racistes de la part de leurs adversaires doivent l'accepter comme un fait de jeu, a déclaré mercredi Sepp Blatter, président de la Fédération internationale de football (Fifa).

"L'un des joueurs peut peut-être avoir à l'égard d'un autre un mot, un geste qui n'est pas correct. Mais celui qui en est la cible doit se dire: 'C'est un jeu (...) et, à la fin du jeu, on doit se serrer la main", a-t-il déclaré sur l'antenne de CNN.

"Sur le terrain, on dit parfois des choses qui ne sont pas très correctes. A la fin du match, c'est fini et on peut se comporter mieux au suivant", a poursuivi Sepp Blatter, qui a tenu des propos identiques dans le cadre d'un entretien accordé à Al Djazira.

L'international anglais Rio Ferdinand, défenseur de Manchester, n'a pas caché son indignation. "Je me sens idiot d'avoir pensé que le football jouait un rôle moteur dans la lutte contre le racisme", dit-il sur son compte Twitter.

Le président de la Fifa a par la suite assuré que ses propos avaient été mal compris.

"Ce que je voulais dire, c'est qu'en tant que joueur, lors d'un match, on a des 'duels' avec ses adversaires et, parfois, on fait des choses qui ne sont pas bien. Mais, normalement, à la fin du match, on présente ses excuses à l'adversaire si on a eu une confrontation pendant le match, on se serre la main, et quand le match est terminé, c'est fini", explique-t-il dans un communiqué.

"Quiconque a disputé un match de football ou de tout autre sport sait que c'est le cas."

"Cela dit, je tiens à souligner que je ne souhaite pas minimiser le problème du racisme dans la société et dans le sport", ajoute-t-il.

Brian Homewood; Jean-Philippe Lefief pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant