Football: Benjamin Nivet mû par le plaisir de jouer

le
0

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Benjamin Nivet réalise à 36 ans une de ses meilleures saisons en Ligue 1 et l'explique par le plaisir pris à évoluer dans une équipe de Troyes "joueuse" malgré sa 19e place au classement.

Joueur d'expérience avec ses 262 matches dans l'élite et 187 autres en Ligue 2, le meneur de jeu est revenu dans l'Aube l'été dernier à la demande de Jean-Marc Furlan, entraîneur qu'il avait déjà côtoyé dans ce même club de 2004 à 2007.

Si les Champenois sont à la peine - ils ont 13 points, soit sept de retard sur le premier non relégable, Evian-Thonon-Gaillard -, Benjamin Nivet rayonne.

"Sur un plan personnel, je me sens très bien. En plus des statistiques qui me sont favorables, il y a surtout le plaisir que je prends à ce poste et dans une équipe joueuse", dit le meneur de jeu troyen dans un entretien téléphonique à Reuters.

Les chiffres en disent déjà beaucoup : avec sept buts, il a déjà égalé après 21 journées son record sur une saison de Ligue 1. Il a ajouté deux passes décisives et se retrouve donc impliqué directement dans 40% des buts troyens.

Dans un championnat où la confiance est rarement accordée aux joueurs de son âge, il est un meneur comme on n'en voit plus que rarement - il organise, crée et fait jouer ses coéquipiers.

"Est-ce que je suis surpris ? Oui et non. Au début de ma carrière, je me suis fixé l'objectif de jouer le plus longtemps possible donc j'ai toujours fait attention à mon hygiène de vie. Je suis très heureux, oui", expose-t-il.

"Tant que j'ai la santé, j'ai encore envie de jouer. Je veux continuer au moins un an mais je ne me fixe pas de limite", insiste Nivet qui a disputé 20 des 21 premières journées de championnat.

"En Italie, certains ont joué jusqu'à 38, 40 ans. Moi le premier, je ne savais pas il y a cinq ou six ans que je serais là à 36 ans."

"IL ME CONNAÎT PARFAITEMENT"

S'il dit avoir fait le nécessaire depuis ses débuts sous le maillot d'Auxerre il y a quinze ans, il sait aussi gré à Jean-Marc Furlan de lui laisser beaucoup de liberté, sur le terrain comme en dehors.

"J'ai appris à gérer avec le temps et j'ai aussi un entraîneur à l'écoute. Entre les anciens et l'entraîneur, il y a une confiance mutuelle", explique-t-il.

"On a une marge de manoeuvre par rapport à l'entraînement. Ça peut être de ne faire qu'un entraînement si deux sont prévus dans la journée, ou deux jours avant un match, ne pas faire l'entraînement et plutôt aller faire des soins, de la récup'."

Des concessions à même de lui permettre de conserver la fraîcheur physique essentielle pour continuer à évoluer haut sur le terrain - une autre explication à son rendement cette saison.

"L'an dernier, à Caen, je jouais plus comme deuxième numéro 6, au milieu de terrain, en relayeur. Mais cet entraîneur me connaît parfaitement, il sait où je suis le plus utile à l'équipe", souligne Benjamin Nivet.

Ainsi a-t-il pu marquer le seul but de la victoire contre Marseille lors de la neuvième journée ou celui de l'égalisation contre Lyon, il y a une dizaine de jours, pour une défaite 2-1 dans un match où les Troyens auraient mérité mieux.

"Je l'explique par le fait qu'on se crée beaucoup d'occasions", dit Benjamin Nivet.

"On joue avec un seul attaquant de pointe et moi je suis juste derrière lui, mon travail défensif est moins important que l'an dernier par exemple. Je suis aussi entouré de joueurs avec qui je m'entends très bien."

Il n'en reste pas moins que ses performances ne suffisent pas, pour l'heure, à une équipe de Troyes dont le jeu plaît mais dont les résultats inquiètent.

"Depuis le début de saison, on n'a pas été vernis, on a eu beaucoup de blessures et on sort souvent frustrés du terrain", relève ce grand habitué de la course au maintien.

"On a un très bon collectif mais on a pris beaucoup de retard donc c'est qu'il nous manque quelque chose (...) je ne pensais pas qu'on aurait si peu de points mais on a envie d'y croire. Mon message, c'est de ne rien lâcher."

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant