Football - Avec Dunga, le Brésil refuse de voir plus loin

le
0
Dunga a déjà dirigé la sélection brésilienne entre 2006 et 2010.
Dunga a déjà dirigé la sélection brésilienne entre 2006 et 2010.

Quelques semaines après le plus grand désastre de l'histoire du football brésilien et ce revers 1-7 face à l'Allemagne en demi-finale, la Fédération brésilienne de football (CBF) était attendue au tournant. Elle a commencé par remercier Luiz Felipe Scolari pour bons et loyaux services. Puis elle a nommé Gilmar Rinaldi (3e gardien au Mondial 94) comme nouveau coordinateur technique en lieu et place de Carlos Alberto Parreira. Et à l'heure de désigner celui qui devra guider l'équipe vers la rédemption, elle a finalement opté pour Dunga, 50 ans et personnage historique de la sélection brésilienne. Un choix qui ne manquera pas de faire grincer des dents au pays, mais qui illustre surtout l'absence de révolution structurelle que souhaitaient une grande partie des observateurs, notamment locaux. Un joueur et un entraîneur décriésChoisir un homme aussi peu populaire pour reconstruire la Seleção est un sacré pari. Dunga n'arrive pas en terrain conquis. Bien au contraire. Dans la peau du joueur, il a été un capitaine respecté pour avoir mené le Brésil à la victoire en Coupe du monde 1994 aux États-Unis, 24 ans après la dream team de 1970. Puis jusqu'en finale du Mondial 1998. Respecté oui, admiré non. Milieu défensif au registre besogneux, Dunga est la représentation inverse de ce que signifie le foot pour un Brésilien. Symboliquement, il est celui qui a pris le brassard de capitaine à Raï durant la Coupe du monde 1994....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant