Football: Arsène Wenger, face-à-face tendu avec la presse

le
0
ARSÈNE WENGER IRRITÉ FACE À LA PRESSE AVANT LES HUITIÈMES DE FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS
ARSÈNE WENGER IRRITÉ FACE À LA PRESSE AVANT LES HUITIÈMES DE FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS

par Martyn Herman

LONDRES (Reuters) - A la veille d'un huitième de finale compliqué pour son club d'Arsenal face au Bayern Munich, Arsène Wenger a également dû faire face lundi à la rumeur qui lui prête une prolongation de deux ans du contrat qui le lie au club londonien.

L'entraîneur français est apparu irrité lors d'une conférence de presse au camp d'entraînement d'Arsenal, répondant aux questions avec un mélange de sarcasme et d'agressivité.

Il a par ailleurs refusé de parler des mérites du Bayern Munich, solidement accroché en tête de la Bundesliga.

Interrogé sur l'information d'un journal faisant état d'un nouveau contrat, Arsène Wenger a répondu : "Ce n'est pas la bonne information.

"Je pense qu'en travaillant pendant 16 ans en Angleterre, je mérite un peu plus de crédit qu'une mauvaise information, qui n'a qu'une intention, celle de nuire", a déclaré le technicien de 63 ans, fixant un journaliste d'un oeil noir.

"Si ce sont de bonnes informations, d'accord, mais là c'est une mauvaise information."

Interrogé sur la défaite d'Arsenal samedi en FA Cup contre Blackburn, qui évolue en deuxième division, Arsène Wenger a de nouveau perdu son sang-froid.

"C'est une conférence d'avant-match concernant la Ligue des Champions", a-t-il déclaré. "S'il pouvait y avoir quelques questions à propos du match, ce serait bien."

Mais lorsqu'un journaliste allemand lui a demandé de faire part de son sentiment concernant la menace posée par le Bayern, Arsène Wenger a répondu : "Ne parlez pas du Bayern Munich aujourd'hui".

Arsène Wenger entraîne l'équipe d'Arsenal depuis 1996. Son contrat actuel expire en 2014 et le mécontentement des fans est de plus en plus vif à l'égard du technicien alsacien. Parmi les motifs de discorde, la vente des meilleurs joueurs du club, comme Robin van Persie et l'absence de tout titre depuis la FA Cup 2005.

Même si son effectif doit être renforcé, Arsène Wenger pense que son équipe a "la qualité, l'esprit et la force mentale" nécessaires pour renverser le Bayern en Ligue des Champions.

"On sait tous ce qui se passe ici", assure-t-il. "L'important, c'est d'oublier ce que les gens disent et de se concentrer sur nos forces.

"L'important, ce n'est pas ce que les gens disent mais ce qui se passe sur le terrain.

"Nous vivons dans une démocratie d'experts et d'opinions mais nous devons faire avec, tenir le coup et montrer que nous avons les forces mentales d'entendre chaque opinion. Il y a beaucoup d'experts qui n'ont pas forcément raison".

Lors du match aller de Ligue des champions, l'entraîneur français devra faire sans le latéral gauche Nacho Monreal, inéligible, et le défenseur Laurent Koscielny, blessé. En revanche, il pourra compter sur le retour de deux défenseurs, l'Allemand Per Mertesacker et l'Anglais Carl Jenkinson.

Corentin Dautreppe pour le service français; Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant