Football: Alessandrini, coqueluche aux buts venus d'ailleurs

le
0
ROMAIN ALESSANDRINI, BUTEUR SPECTACULAIRE
ROMAIN ALESSANDRINI, BUTEUR SPECTACULAIRE

par Pierre-Henri Allain

PARIS (Reuters) - Buts spectaculaires, enthousiasme à toute épreuve: le jeune milieu de terrain du Stade Rennais Romain Alessandrini est devenu en quelques matches l'une des coqueluches de la Ligue 1.

Pour ceux qui ne connaissaient pas ce gaucher spontané de 23 ans, la reprise de volée fulgurante infligée au Paris Saint-Germain au Parc des Princes le 17 novembre a dévoilé un tempérament qui s'était déjà révélé en Coupe de la Ligue le 25 septembre contre Nancy, par une talonnade gagnante particulièrement audacieuse dans la surface de réparation.

Entre ces deux matches, deux autres buts, une frappe de trente mètres le 28 septembre face à Lille et une superbe reprise de volée contre Nancy le 9 novembre, ont également marqué les esprits.

Piercing à la lèvre inférieure et pantalon de survêtement au ras des fesses, l'intéressé, qui paraît t-il répète à l'envi ce genre d'exploits lors des entraînements, explique simplement cette réussite par une absence totale d'inhibition.

"Dans les derniers mètres, je suis instinctif", a t-il confié lors d'un entretien à Reuters avant le quart de finale de Coupe de la Ligue contre Troyes jeudi.

"Je tente de frapper sans me poser de questions. Et si je rate le but, ça ne me dérange pas de recommencer."

Le coach du Stade Rennais, Frédéric Antonetti, ne peut que s'en réjouir mais voit aussi d'autres qualités à cet ancien Clermontois qui, avant de signer à Rennes l'été dernier pour un transfert estimé à plus de deux millions d'euros, comptabilisait déjà 22 buts en deux saisons de Ligue 2.

"Au delà de ses qualités sportives, il a amené une fraîcheur mentale et un enthousiasme qui font énormément de bien à l'équipe", souligne l'entraîneur corse.

Né à Marseille où il a commencé par porter les couleurs de l'Olympique de Marseille dès l'âge de six ans, cet enfant de la Canebière a cependant bien failli tout laisser tomber à l'adolescence.

"A 15 ans, le coach me faisait jouer en défense, latéral gauche, et je ne prenais plus trop de plaisir", raconte Romain Alessandrini. "J'ai préféré arrêter. Et puis au bout de cinq, six mois, après des vacances, la passion est revenue peu à peu".

MARGES DE PROGRES

Cet enfant de maraîchers marseillais d'origine corse intègre alors le centre de formation du modeste club de Gueugnon, qui évolue en L2 avant de redescendre en National.

En 2007, une grave blessure aux ligaments croisés le tient éloigné des terrains durant six mois. Mais ce n'est que pour mieux rebondir et se distinguer trois ans plus tard en signant à Clermont, où il effectue une première saison de L2 remarquée avec onze buts à son actif et sept passes décisives.

Déjà courtisé par des clubs de L1, il attendra l'été 2012 pour rejoindre le Stade Rennais.

"Je ne le regrette pas, j'ai gagné en maturité", relève t-il.

Féru de films à grand spectacle, de grosses cylindrées et de jeux vidéos comme la plupart des footballeurs de sa génération, Romain Alessandrini, quand il ne court pas après un ballon, soigne son apparence en écumant les magasins et profite de son nouveau statut.

"Je savoure vraiment le fait d'être là, d'être footballeur professionnel et de faire le plus beau métier du monde", dit t-il avec un grand sourire.

Pas question cependant d'attraper la grosse tête, assure t-il, son père étant toujours là pour le 'recadrer' quand il se voit plus grand qu'il n'est.

Il reconnaît d'ailleurs, comme l'estime également Frédéric Antonetti, avoir encore d'importantes marges de progrès, notamment dans la construction du jeu.

En attendant, malgré un piteux faux-pas face à Evian à domicile (0-1) le week-end dernier, la jeune vedette des Rouge et Noir, croit dur comme fer au destin de son équipe, qui pointe actuellement à la huitième place de L1.

"Si on garde l'état d'esprit qu'on a depuis deux mois, on peut faire quelque chose dans ce championnat", juge t-il avec entrain.

Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant