Football: à Rennes, un mois de janvier à quitte ou double

le
0
RENNES S'APPRÊTE À VIVRE UN MOIS DE JANVIER COMPLIQUÉ
RENNES S'APPRÊTE À VIVRE UN MOIS DE JANVIER COMPLIQUÉ

par Pierre-Henri Allain

RENNES (Reuters) - Rennes s'apprête à vivre un mois de janvier compliqué où l'objectif sera de s'accrocher à sa quatrième place en Ligue 1 derrière le trio Paris-Lyon-Marseille et surtout de se qualifier pour la finale de la Coupe de la Ligue.

L'année 2013 a mal commencé pour les Bretons, battus le week-end dernier par Lens en 32es de finale de la Coupe de France (2-1). Leur capacité à rebondir sera donc à l'épreuve dans les deux semaines à venir.

En l'espace de 15 jours, les hommes de Frédéric Antonetti vont disputer quatre matches : contre Bordeaux, Bastia et Marseille en championnat et face à Montpellier, mercredi, en Coupe de la Ligue.

Cette dernière est d'autant plus importante que Rennes, battu en finale de la Coupe de France en 2009 par Guingamp et assommé par Quevilly l'an dernier en demi-finale, court après un trophée depuis 1971.

Pour le meneur de jeu Julien Féret, qui "assume pleinement" son nouveau statut de patron - à la mi-saison, il a déjà égalé son record de huit buts en Ligue 1 -, cette période sera placée sous le signe du quitte ou double.

"C'est sur l'ensemble des rencontres du mois de janvier que va se déterminer notre deuxième partie de saison", estime-t-il.

Le premier match de cette série aura lieu samedi au Stade de la Route de Lorient contre Bordeaux, septième à trois longueurs, qui boxe dans la même catégorie et nourrit les mêmes ambitions : finir la saison à une place européenne.

"Ce sera un match difficile contre une équipe expérimentée. Ils ont la possibilité de nous rejoindre mais on peut aussi les mettre à six points", résume Julien Féret.

ANTONETTI COMPTE SES ABSENTS

A l'aube de cette 20e journée, le Stade Rennais est quatrième avec 32 points, avec une unité d'avance sur Lorient et trois sur un groupe de quatre chasseurs : Valenciennes, Bordeaux, Lille et Nice.

Samedi, les Bretons se frotteront à une formation girondine qui n'a plus gagné en championnat depuis le 18 novembre et reste sur une série de cinq matches nuls en championnat, symbole d'une certaine efficacité défensive.

Si le Stade Rennais s'est trouvé cette saison souvent plus à son aise à l'extérieur (16 points en neuf matches) qu'à domicile (16 points en dix rencontres) où il fait face à des équipes regroupées, Julien Féret prédit toutefois un match plus ouvert.

"Je ne pense pas qu'ils resteront dans leurs 40 mètres ou leurs 30 mètres, mais, du coup, il nous faudra aussi être vigilant", estime-t-il.

Pour Frédéric Antonetti, qui lui aussi a loué cette semaine les qualités défensives des Girondins - ils n'ont pris que 14 buts, seul le PSG a fait mieux -, les inquiétudes résident surtout dans les nombreuses absences.

A commencer par celles des joueurs partis disputer la Coupe d'Afrique des nations (Can), tels Cheik Diarra et John Boye, et surtout Jonathan Pitroipa, l'ailier capable de déstabiliser n'importe quelle défense.

"C'est évidemment un manque. En pleine forme, un joueur de sa qualité peut faire beaucoup de dégâts", confirme Julien Féret, qui forme un redoutable duo avec l'international burkinabé.

Manqueront aussi à l'appel Victor Hugo Montano, victime d'une rechute après son retour de blessure, et le défenseur John Mensah, revenu à Rennes lors du mercato mais touché au dos face à Lens le week-end dernier.

En revanche, Frédéric Antonetti pourra compter sur le retour de Jean II Makoun pour affermir l'entrejeu rennais et apporter son expérience.

Edité par Olivier Guillemain et Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant