FOOT : Luis Suarez mord un de ses adversaires

le
0
FOOT : Luis Suarez mord un de ses adversaires
FOOT : Luis Suarez mord un de ses adversaires
Luis Suarez a beau être un des meilleurs goleadors européens, il n'en présente pas moins des comportements très extrêmes. Dimanche, l'attaquant uruguayen de Liverpool a mordu le bras du défenseur de Chelsea Branislav Ivanovic au cours du match de la 34e journée du Championnat d'Angleterre, soldé par un match nul (2-2).

L'incident s'est produit au milieu de la deuxième mi-temps lorsque, à la suite d'un duel dans la surface de réparation de Chelsea, Suarez a planté les dents dans le biceps du défenseur serbe des Blues. L'arbitre du match Kevin Friend n'a apparemment pas vu le geste de Suarez malgré la tentative de Ivanovic de lui montrer les traces de morsure.

Un geste fou saisi par les caméras et qui depuis tourne en boucle sur les télévisions et les réseaux sociaux. Devant l'émoi suscité par son acte, l'attaquant de la Celeste a présenté ses excuses sur son compte Twitter. « Je suis triste de ce qui s'est passé cet après-midi. Je présente mes excuses à Ivanovic et au monde du football pour mon comportement impardonnable. Je suis désolé!! », a déclaré le meilleur buteur de Premier League, auteur dimanche de sa 23e réalisation de la saison, synonyme d'égalisation en fin de match. «Je demande pardon à mon entraîneur, mes coéquipiers et toutes les personnes du club de Liverpool de les avoir déçus», a-t-il ajouté.

I'm sad for what happened this afternoon, I apologize Ivanovic and all football world for my inexcusable behaviour. I'm so sorry about it!!? Luis Suarez (@luis16suarez) 21 avril 2013



Adulé par les fans des Reds de Liverpool pour sa combativité et son efficacité, l'attaquant virevoltant n'en est pas moins insaisissable dans la vie. Liverpool, véritable institution outre-Manche, bien conscient de la mauvaise image générée par ce geste a également présenté ses excuses. « Son comportement n'est pas compatible avec celui d'un joueur qui porte le maillot de Liverpool et Luis est...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant