Foot : les deux casquettes de Jérôme Negroni

le , mis à jour à 10:21
0
Foot : les deux casquettes de Jérôme Negroni
Foot : les deux casquettes de Jérôme Negroni

Jérôme Negroni n'avait que 20 ans en 2009 lorsqu'il a pris la succession de son grand-père à la mairie de San Lorenzo. Une commune de 150 habitants située dans le Bozio (Haute-Corse). Il était alors le plus jeune maire de France. « J'avais eu énormément de demandes des médias après mon élection et j'avais renvoyé dans les cordes beaucoup de journalistes car je ne m'y attendais pas. Sauf ceux du Parisien - Aujourd'hui en France, à qui j'avais accordé une interview. » Employé comme webmaster, puis nommé photographe et responsable de la communication au sein du Sporting Club de Bastia, Jérôme Negroni a été nommé cet été directeur du développement. En charge des partenariats et des relations avec les institutions, monsieur le maire est devenu cadre supérieur d'un club de L 1. « On m'appelle plutôt monsieur le directeur maintenant. »

En jonglant avec les deux casquettes, il passe de la peau d'élu à celle de dirigeant sportif. « Certains diront que c'est de la folie, mais la politique et le Sporting sont mes deux passions qui font oublier les soucis du quotidien. Ma semaine type, c'est six jours au club et un jour à la mairie. Avec pas mal de minutes consacrées chaque jour à ma fonction d'élu, sachant qu'aujourd'hui tout passe par ordinateur. »

Ironie de l'histoire, il avait été embauché au Sporting pour développer le site Internet du club. Ce même Web qui lui permet de faire honneur à sa mission de maire. A distance. Un élu 2.0 qui n'oublie pas le terrain. « En Corse, le Sporting a une telle dimension culturelle que s'investir dans le foot, c'est comme un engagement politique. » Il lui est d'ailleurs arrivé de se rendre à Paris pour une réunion matinale en tant qu'élu puis de filer à la Ligue pour parler ballon. A San Lorenzo, le foot est partout. « Le taux d'abonnement au Sporting dans la commune doit avoisiner les 20 % de la population. » A 27 ans, l'avenir est devant lui. Après le banc de touche, les bancs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant