FOOT: Gomis, Briand, le retour des bannis à l'OL

le
0
FOOT: Gomis, Briand, le retour des bannis à l'OL
FOOT: Gomis, Briand, le retour des bannis à l'OL

Mis à l'écart du groupe professionnel de l'Olympique lyonnais pour avoir refusé d'être transférés, Bafétimbi Gomis et Jimmy Briand ont fait leur retour à l'entraînement mercredi, mettant un point final au bras de fer qui les opposait au club. Une fin accueillie avec un brin de soulagement par l'entraîneur rhodanien Rémi Garde. «On a vu que l'équipe pouvait tourner sans eux mais qu'elle avait parfois du mal à s'en passer. La porte est ouverte pour tout le monde dès lors que l'on est dans le groupe», a-t-il assuré.

Les deux attaquants de 28 ans, qui seront en fin de contrat en juin 2014 et qui pourraient donc partir libres en fin de saison, s'entraînaient en marge de l'effectif, depuis la reprise de l'entraînement pour Gomis et depuis le début du championnat pour Briand. Ils ont tous les deux refusé des offres de transferts et Gomis a jusqu'à présent refusé de prolonger son contrat, ce qu'espérait le club lyonnais à défaut d'un transfert dès cet été.

«Leur retour s'est fait normalement après un épisode très long. C'est l'intérêt de l'institution, notre employeur, de les réintégrer. Cela marque la fin de l'histoire d'un triste mercato», a admis Garde. Le retour des bannis s'apparente donc à un recrutement de dernière minute pour Lyon ce que n'a pas manqué de souligner Jean-Michel Aulas dimanche matin et aujourdh'hui, sur Twitter.

Il faut se rendre à l'évidence il n'y a pas d'offre que Bafé accepte malgré les anglais les Turcs et L'Ol a besoin d'un joueur comme lui !? Jean-Michel AULAS (@JM_Aulas) September 1, 2013

Place au football

L'OL sort d'une série de quatre matchs et autant de défaites. Et l'absence de Gomis (45 matches, 21 buts la saison dernière) notamment, ajoutée au départ de Lisandro Lopez au Qatar, a pu être un lourd handicap à l'occasion du barrage de Ligue des champions contre la Real Sociedad (2-0, 2-0). Il devrait néanmoins encore ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant