FOOT-Fifa : Valcke crée une polémique

le
0
FOOT-Fifa : Valcke crée une polémique
FOOT-Fifa : Valcke crée une polémique

Lors d'une conférence de presse au siège de la Fifa à Zürich, le secrétaire général de l'institution mondiale du football le Français Jérôme Valcke a tenu mercredi des propos qui vont sans doute relancer la colère au Brésil, pays organisateur de la prochaine coupe du Monde dans deux ans.

« Je vais dire quelque chose de fou, mais un moindre niveau de démocratie est parfois préférable pour organiser une Coupe du monde. Quand on a un homme fort à la tête d'un Etat qui peut décider, comme pourra peut-être le faire Poutine en 2018, c'est plus facile pour nous les organisateurs qu'avec un pays comme l'Allemagne où il faut négocier à plusieurs niveaux. »

Valcke s'est aussi appuyé sur l'exemple du Brésil, futur organisateur du Mondial 2014 pour étayer ses propos. « Là-bas, le système politique est divisé en trois niveaux, fédéral, régional et municipal, poursuit le dirigeant français. Il y a différentes personnes, différents mouvements, différents intérêts et c'est assez difficile d'organiser une Coupe du monde dans ces conditions. » Rappelons que le Brésil avant d'embrasser la démocratie a vécu sous une dictature militaire entre 1964 et 1985. Il est depuis un pays fédéral qui élit démocratiquement ses présidents à l'instar de Lula et Dilma Rousseff.

Le Français avait déjà critiqué la lenteur de l'avancée des travaux pour le Mondial brésilien où 12 stades doivent être construits. Le responsable de la Fifa avait fini par s'excuser devant l'ampleur prise par la crise entre son organisation et le pays où le football est roi. Mais la nouvelle pique devrait à nouveau mettre de l'huile sur le feu à deux mois de la Coupe des Confédérations, répétition générale du Mondial.

Par ailleurs, le président de la Fifa Sepp Blatter est allé dans le sens de son secrétaire général, puisqu'il a affirmé quant à lui que la Coupe du monde 1978 était « une forme de réconciliation du public, du peuple...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant