FOOT: Arsène Wenger fête sa 1000e avec une râclée

le
0
FOOT: Arsène Wenger fête sa 1000e avec une râclée
FOOT: Arsène Wenger fête sa 1000e avec une râclée

Arsène Wenger n'aura sans doute pas le coeur à souffler ses 1000 bougies correspondant au nombre de matchs disputés à la tête d'Arsenal, après la lourde défaite enregistrée samedi face à Chelsea (6-0) pour le compte de la 31e journée de Premier League. L'histoire retiendra que l'entraîneur français ne réussit décidément pas face à son rival londonien et notamment son entraîneur José Mourinho. Pour la 500e rencontre à la tête des Gunners, il avait déjà subi la défaite face aux Blues et le coach portugais.

«Un des pires matches de ma carrière»

«C'est une immense déception, a reconnu l'entraîneur français. Quand vous n'êtes pas capable d'élever votre niveau dans ce genre de rencontre, personne ne prend ça bien. C'est l'un des pires matches de ma carrière. Après 20 minutes, le match était fini. Ensuite, c'est long. On ne se prépare pas pour ce genre d'expérience.»

«On est entré avec un esprit tueur et en dix folles minutes on les a détruits, le match était plié», a pour sa part apprécié son alter ego José Mourinho, toujours invaincu contre Wenger après 11 matches. «Après, cela a été facile. On était trop forts. Penalty, carton rouge, 3-0. L'analyse du match porte uniquement sur ces dix minutes.»

«Cette défaite est de ma faute, j'en prends l'entière responsabilité, a continué Wenger sur BT avant de sécher la conférence de presse. Je ne pense pas qu'il faille s'appesantir sur toutes les erreurs que l'on a faites. On s'est bien cachés aujourd'hui. Ce qui compte maintenant, c'est comment on va répondre mardi et ce qu'il y a de mieux à faire, c'est de ne pas trop parler de nos erreurs.»

«Pour le titre, c'est très mal engagé, a-t-il reconnu. Mais on veut réagir après deux déplacements délicats à Tottenham et Chelsea. Avec deux nuls, on aurait pris deux points. Là, on en a pris trois.»

Arsenal craque contre les grands

C'est donc une après-midi cauchemardesque que les coéquipiers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant