Fonterra tente de rassurer sur son petit-lait

le
0
ALERTE À LA TOXINE BOTULIQUE SUR DES PRODUITS DU GÉANT LAITIER FONTERRA
ALERTE À LA TOXINE BOTULIQUE SUR DES PRODUITS DU GÉANT LAITIER FONTERRA

par Gyles Beckford et Megha Rajagopalan

WELLINGTON/PEKIN (Reuters) - Le groupe néo-zélandais Fonterra, premier exportateur mondial de produits laitiers, a présenté ses excuses lundi pour avoir vendu en Chine du lait en poudre présentant un risque de contamination, une affaire qui risque de mettre à mal la réputation de la Nouvelle-Zélande en matière de sécurité alimentaire.

La coopérative a reconnu pendant le week-end avoir trouvé des toxines botuliques dans des concentrés de petit-lait fabriqués dans une de ses usines et exportés vers la Chine, la Malaisie, le Vietnam, la Thaïlande et l'Arabie saoudite en vue de la production de lait infantile et de boissons énergisantes.

Le directeur général de Fonterra, Theo Spierings, s'est rendu dès lundi à Pékin pour tenter de rassurer les médias et les consommateurs chinois.

"Nous regrettons vraiment la détresse et l'anxiété que ce problème a pu susciter", a-t-il dit en assurant que les méthodes de traitement conventionnelles suffisaient à tuer les bactéries. "Les parents ont le droit de savoir que les produits laitiers destinés aux enfants en bas âge sont inoffensifs et sûrs."

Theo Spierings a souligné que Pékin n'avait pas interdit les produits de Fonterra en Chine mais imposé seulement des restrictions sur les concentrés de protéines de petit-lait.

Il a ajouté s'attendre à ce que ces restrictions soient levées dès cette semaine, sitôt que Fonterra aura fourni des explications détaillées aux autorités chinoises. La majorité des produits contaminés ont d'ores et déjà été récupérés et le problème sera réglé dans les deux jours, quand tous les produits auront été rappelés, a-t-il assuré.

La crainte d'un nouveau scandale du lait contaminé qui aurait rejailli sur la Nouvelle-Zélande a fait reculer le dollar néo-zélandais sur le marché des changes lundi. L'industrie des produits laitiers pèse quelque neuf milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) dans le pays et représente un quart environ du revenu de ses exportations.

AUCUNE PLAINTE

Fonterra est un fournisseur important de produits en poudre entrant dans la fabrication de laits infantiles en Chine mais n'y vend plus sous sa propre marque depuis le scandale du lait contaminé en 2008, dans lequel était impliqué le groupe chinois Sanlu, dont il était actionnaire. Six bébés avaient succombé et des milliers d'autres étaient tombés malades.

Theo Spierings a précisé avoir découvert en mars que des produits vendus en mai 2012 avaient été contaminés. Des analyses ont été réalisées immédiatement mais la plupart des souches de bactéries identifiées sont bénignes et la souche dangereuse n'a été isolée que le mois dernier, a-t-il expliqué, ajoutant que les clients avaient été informés le 31 juillet.

Le problème ne concerne qu'une seule usine de production en Nouvelle-Zélande qui a été depuis fermée pour stérilisation, a-t-il dit en se disant convaincu que tous les produits contaminés avaient été identifiés.

L'enquête a montré que 38 tonnes de produits avaient été contaminées, dont 18 ont été utilisées dans des usines de Fonterra en Australie et en Nouvelle-Zélande pour produire du lait en poudre pour deux clients.

Dumex Baby Food, une filiale du groupe français Danone, a informé Fonterra que 12 lots avaient été infectés. L'identité de l'autre client n'a pas été révélée.

"Aucun des produits testés par Dumex en Chine n'a présenté de problème", a dit le directeur général de Fonterra. "Il n'y a pas eu de plainte de clients."

À la Bourse de Paris, l'action Danone perdait autour de 1% à la mi-journée lundi dans la crainte d'un impact sur l'activité du groupe en Chine.

Theo Spierings a assuré que Coca-Cola et le producteur chinois Wahaha, deux autres clients du groupe, n'étaient pas concernés, pas plus que le néo-zélandais Vitaco Health Group ou Nutricia, autre filiale de Danone dont les produits sont vendus sous la marque Karicare en Chine.

L'agence Chine nouvelle, dans un commentaire en anglais, a déploré qu'une contamination remontant à mai 2012 ne soit rendue publique que 14 mois plus tard, et le Premier ministre néo-zélandais en personne, John Key, s'est également étonné que Fonterra révèle si tard l'affaire.

"La chaîne d'approvisionnement dans la poudre de nutrition infantile est très longue et comporte beaucoup d'étapes", s'est justifié Theo Spierings.

La Chine a importé l'an dernier pour 1,9 milliard de dollars de lait en poudre et près de 90% de ces importations provenaient de Nouvelle-Zélande, pour l'essentiel fabriquées par Fonterra, qui vend ses concentrés en poudre à des producteurs de lait.

Le Vietnam a ordonné un rappel immédiat des lots de poudre fabriqués par Fonterra alors que la Thaïlande a dit attendre un supplément d'information.

En Suisse, Nestlé, le numéro un mondial de l'alimentation, a indiqué qu'aucun de ses produits n'était affecté par le rappel des poudres de Fonterra.

"Nous n'avions acheté aucun des concentrés de protéines de petit-lait que Fonterra a rappelés", a déclaré Philippe Aeschlimann, porte-parole du groupe helvétique, dans un communiqué transmis par mail. Nestlé et Fonterra ont établi un partenariat en Amérique latine en 2002.

Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant